Non-marchand bruxellois : 7,5 millions, “c’est inacceptable !”

Non-marchand bruxellois: 7,5 millions,

Les syndicats appellent à une revalorisation pour l’ensemble des métiers du non-marchand bruxellois lors d’une journée de mobilisation le vendredi 15 janvier.

[DOSSIER]
- Non-marchand : nouvelle manifestation ce vendredi
- Négociations pour le non marchand : Pierre-Yves Jeholet fait le point
- Accord pour le non-marchand : vers les premières concertations

Les 3 représentants syndicaux du front commun mèneront des actions de grève le vendredi 15 janvier à 10h devant la Centrale de Services à Domicile et à 12h45 devant la maison de repos Paul Delvaux. Ils revendiquent des budgets supplémentaires pour les métiers du non-marchand à Bruxelles. D’autres mobilisations auront également lieu le 21 janvier, jour d’une première réunion de négociation avec les autorités bruxelloises, le 12 février et le 16 mars.

Objectif : 100 millions par an

Les syndicats demandent une revalorisation à hauteur de 100 millions par an pour Bruxelles. Actuellement, le gouvernement bruxellois a prévu un budget de 7,5 millions pour 2021 qui montera à 30 millions en 2024. “C’est inacceptable !” s’exclame la CNE dans un communiqué. “A titre d’exemple, la Région wallonne a entamé des discussions sur base d’un montant de 100 millions d’euros pour l’année 2021 !” Quant à la Flandre, les autorités envisagent une somme de plus 500 millions par an.

Une revalorisation transversale

Les représentants des travailleurs craignent que le budget dégagé ne serve qu’à l’implantation de l’IFIC, un nouveau modèle salarial, appliqué pour l’instant qu’aux maisons de repos. "Cela rencontre une partie de nos revendications, mais c’est largement insuffisant”, pointe Vinciane Convens, coordinatrice de la CN dans la DH.

La secrétaire permanente de la CGSLB Isabelle Janssens plaide donc pour une revalorisation à l’ensemble du secteur : “Énormément de personnes sont démotivées. On a beaucoup parlé des infirmiers, mais cela vaut pour d’autres professions du non marchand peu attractives au niveau des salaires, des horaires…“

En conclusion, "Bruxelles a déjà reçu pour la relance 395 millions de l’Europe et il faudrait maintenant que les élus bruxellois montrent l’intérêt qu’ils disent avoir pour le social-santé", affirme Yves Dupuis, secrétaire permanent SETCA pour le non marchand à Bruxelles-Hal-Vilvorde, dans la DH.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus