Le gouvernement répond (enfin) à l’appel du non-marchand

Le gouvernement répond (enfin) à l'appel du non-marchand

Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a décidé d’octroyer un budget de 35 millions d’euros pour parvenir à la conclusion d’un nouvel accord sectoriel pour le non-marchand pour la période 2022-2025. La CNE a salué l’initiative mais le montant est encore jugé insuffisant.

Par rapport aux 20 millions d’euros annoncés par l’exécutif au printemps dernier, la mise en place de cette nouvelle enveloppe de 35 millions rassure un peu : “Le gouvernement de la Fédération semble nous avoir entendus”, déclare prudemment Stéphanie Paermentier, secrétaire nationale CNE, à la RTBF. Cependant, l’application du saut complémentaire de 15 millions a été repoussée à 2025 : “C’est donc au prochain gouvernement qu’il appartiendra de trouver ces moyens supplémentaires”, poursuit-elle. En somme, rien n’est encore acquis.

En ce qui concerne les attentes du secteur, ces 35 millions sont bien loin des 130 millions espérés pour répondre aux besoins identifiés par les syndicats. “On est bien loin d’un budget suffisant pour assurer un quelconque rattrapage (avec le non-marchand régional ou fédéral). Ce ne sont ici que des petits pas”, lâche Stéphanie Parmentier.

- Lire aussi : Accord non-marchand wallon : "Pour un après-COVID différent ?"

Deux poids, deux mesures

Points positifs : les travailleurs de l’aide à la jeunesse et de la petite enfance vont bien bénéficier d’une enveloppe de 8 millions d’euros de la part de l’exécutif. Ce budget leur permettra d’obtenir un ou deux jours de congé en plus à l’année. Les travailleurs de la FWB en première ligne pendant la crise sanitaire vont eux aussi être récompensés de leurs efforts : le gouvernement vient d’annoncer le versement d’éco-chèques à hauteur de 250 euros nets.

Si l’avancée est réelle, on est encore bien loin des 965 euros de prime corona versés à leurs collègues de région wallonne fin 2020. D’après la CNE, “ce n’est pas à la hauteur des épreuves et du travail fourni sur le terrain”. Prochaine étape : les négociations pour parvenir à des mesures concrètes pour le personnel non-marchand de la FWB sont annoncées pour septembre. Il est encore bien trop tôt pour crier victoire...



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus