Les crèches francophones feront grève ce 1er avril

Les crèches francophones en grève ce 1er avril 2021

Le secteur de l’Enfance en Fédération Wallonie-Bruxelles organisera une journée d’action le 1er avril afin de dénoncer les problèmes auxquels ils font face, notamment un sous-financement et des conditions de travail pénibles. Un préavis de grève a été déposé.

Les organisations d’employeurs et les syndicats du secteur de l’Enfance ont déposé un préavis de grève pour ce jeudi. Ce 1er avril, les crèches et les services de promotion de la santé à l’école (PSE) cesseront de travailler pour exprimer leur colère face au manque de considération des politiques à leur égard dans cette crise sanitaire, ressort-il de l’organisation syndicale CSC.

- Lire aussi : "Faute de moyens, le secteur de l’Enfance se meurt !"

Des actions dans les crèches

Même si les crèches resteront ouvertes, des perturbations sont à prévoir. Ainsi, ‘’il y aura sensibilisation des parents à l’accueil, des arrêts de travail pour expliquer les problèmes aux collègues, des animations qui seront faites. L’objectif du préavis est de couvrir les actions qui seront menées et donc le fait que le travailleur arrête à un moment de s’occuper des enfants’’, explique Yves Hellendorff, Secrétaire national non marchand de la CNE dans un article de la RTBF.

- Lire aussi : Réforme : les milieux d’accueil non subventionnés payent le prix fort

Des mesures d’aide insuffisantes

La semaine dernière, le gouvernement de la FWB a fait un premier pas vers le secteur de l’Enfance en prolongeant les mesures de soutien jusqu’au 30 juin, et en tenant compte de la volonté du personnel de passer prioritaire dans le processus de vaccination. Mais pour les syndicats, c’est loin d’être suffisant, ressort-il de la RTBF. En effet, le secteur fait face à des problèmes multiples d’ordre structurel, comme ‘’un sous-financement, des bas salaires, ou encore des fins de carrière difficiles’’, apprend-on par la CSC.

Par ailleurs, alors que les organisations syndicales espéraient voir des changements concrets avec la réforme des milieux d’accueil, celle-ci ne verra pas le jour. ‘’Ça fait des années que le personnel demande qu’on réinvestisse pour améliorer l’encadrement des enfants, les fins de carrière, etc. Dans le cadre de la législature précédente, on a réussi à faire approuver par le Parlement de la FWB une réforme relativement ambitieuse. Mais nous avons ensuite appris que les ambitions budgétaires de la nouvelle feuille de route avaient été divisées par quatre’’, s’indigne Yves Hellendorff.

- Lire aussi : Petite enfance : création de 2.100 places en Région bruxellloise



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus