Manifestation des soignants : la réponse du ministre Vandenbroucke

Manifestation des soignants : la réponse du ministre Vandenbroucke

Suite à la manifestation des infirmier.ère.s et aides soignant.e.s ce lundi 6 septembre, Frank Vandenbroucke, ministre fédéral de la santé, a réagi en rappelant l’ensemble des mesures prises par les différents gouvernements pour améliorer la qualité de travail des soignant.e.s. Un constat qui se veut positif mais que Thierry Lothaire, président du syndicat d’infirmier.ère.s autonome, Union4U tient à nuancer.

[Notre dossier] :

- Appel à la grève le 6 septembre : les revendications d’Union4U, syndicat infirmier
- Manifestation des soignants : "On ne travaille plus, on cravache !"
- « L’IF-IC offre un barème plus attrayant et donc une reconnaissance salariale ! »

Selon la police, environ 260 personnes du corps soignant ont manifesté ce lundi 6 septembre à travers le lancement d’un SOS dirigé vers le ministre fédéral de la santé Frank Vandenbrouck. Les raisons de cet appel au secours : des salaires peu attrayants, un manque de personnel conséquent, des conditions de travail toujours plus dégradées produisant une fatigue générale. Le ministre s’est exprimé à travers un communiqué de presse où il résume les différentes mesures adoptées dans le cadre de l’amélioration des conditions de travail et de rémunérations des personnels soignants.

Des fonds et des primes

Tout d’abord, il a assuré que “le personnel soignant est essentiel pour des soins de qualité” et que “toute personne qui travaille dans les soins” doit être “davantage valorisée et soutenue dans son travail au quotidien”.

Pour cela, il insiste sur le fait que “des moyens importants ont été débloqués” à l’occasion du Fonds des Blouses Blanches. 420 millions d’euros dédiés au recrutement d’un temps plein en plus dans chaque unité de soins et à un accès simplifié à la formation afin d’obtenir “plus de bras au chevet du patient”.

- A lire : Fonds blouses blanches : 402 millions par an pour le recrutement et la formation

Afin de déjouer la pénurie de personnel aggravée par une augmentation du nombre de démissions, de burn-out et de passages à mi-temps, 11.7 millions d’euros ont été investis afin d’encadrer le soutien psychologique du personnel hospitalier et notamment des infirmier.ère.s. Deux initiatives ont également été mises en œuvre afin de “remercier les infirmiers de leur investissement” : une prime exceptionnelle de 985 euros brut pour les travailleur.se.s en temps plein et un chèque consommation de 300 euros à dépenser dans les secteurs de la culture, de l’horeca, du sport et du commerce de détails.

Enfin, concernant l’IF-IC Frank Vandenbroucke précise que c’est “un système évolutif” qui sera “ajusté si la nécessité s’en fait ressentir”. Des discussions sont en cours avec les partenaires sociaux.

- A lire : Barème IF-IC : les infirmiers sont ils perdants ?

Encore un rendez-vous manqué

L’une des grandes attentes de cette mobilisation était de pouvoir (enfin) rencontrer le ministre afin de lui exposer les besoins du terrain. Malgré les multiples tentatives, ce ne fut encore pas le cas ce lundi. Déception exprimée sur le fil d’actualité de la page Facebook du syndicat : “Malheureusement Monsieur le Ministre Franck Vandenbroucke a été le grand absent de cette rentrée. En effet le ministre n’a pas désiré rencontrer notre délégation de portes-parole francophones et néerlandophones et a préféré laisser son cabinet nous recevoir. Union4U n’a rien lâché et a pu obtenir la promesse d’un rendez-vous futur avec M. Vandenbroucke en personne ainsi que la présentation de nos revendications dans les conversations ministérielles.”

- A lire : Appel à la grève le 6 septembre : les revendications d’Union4U, syndicat infirmier

Il revient également sur le communiqué qu’il considère ne pas être à la hauteur des attentes du personnel mobilisé : “Suite à notre mouvement, le cabinet de M. Vandenbroucke a envoyé un communiqué à la presse relatant les mesures déjà en cours. Mais ces dernières, ainsi que les arguments avancés pour répondre à nos demandes, ne sont que de la poudre aux yeux et manquent cruellement de réalisme. Le Ministre se défend mais ne nous écoute pas.” En effet, Thierry Lothaire tient à revenir sur l’octroi d’une prime et précise pour la RTBF “Les primes pour 985 euros, tout le monde a dit que c’était quand même conséquent, mais il restait 350 à 450 euros en fonction de votre échelle barémique. Ce que nous voulons, c’est 15% d’augmentation salariale pour tous les travailleurs des soins de santé, infirmiers et aides-soignants.”

Enfin, il insiste sur le caractère discriminatoire de l’IF-IC : "Il y a du bon. Par contre, il y a aussi des choses qui ne vont pas, qui sont par exemple discriminatoires. On a le vocable aujourd’hui : autour de nous où on nous dit qu’à salaire égal, travail égal. Mais nous sommes plutôt pour un salaire égal à compétences égales". De plus, “ce qui est tout à fait discriminant, c’est que dans certaines spécialisations, les gens font une année en plus des quatre ans. Ils font donc cinq ans d’études pour avoir un salaire en général qui est à peu près la même chose que celui qui aura fait ses trois ans d’études."

Mais le syndicat ne lâche rien et affirme : “Nous lui donnons d’ores et déjà, à notre tour, rendez-vous très rapidement pour tenir ses promesses !”

- A lire : Manifestation des soignants : “On ne travaille plus, on cravache ! “

T.A



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus