Soins à domicile : “C’est un peu la catastrophe”

Soins à domicile:

Tout comme pour les hôpitaux, le secteur des soins à domicile manque de bras dans cette lutte contre le coronavirus. En cause ? Une demande en hausse ainsi que du personnel absent contaminé ou mis en quarantaine.

En Wallonie, le secteur des aides à domicile représente en moyenne 6.000 emplois. Or, ce secteur est actuellement en difficulté. Les équipes, dont certains membres ont été touchés par le coronavirus ou sont placés en quarantaine, connaissent un taux d’absentéisme de 15 à 20%. De plus, des patients d’hôpitaux Covid et non Covid viennent s’ajouter à la demande habituelle. Le manque de personnel et l’afflux de malades compliquent le fonctionnement des soins.

[A lire] : Soins à domicile et hôpitaux : soutien financier aux travailleurs

Moins de personnel, plus de patients

Delphine Demaret travaille pour la société Aides et soins à domicile comme infirmière en chef dans la zone Hannut-Waremme. A cause du sous-effectif ces derniers jours, elle doit se rendre davantage sur le terrain qu’à son bureau. "Sur mes dix-huit infirmières, j’en ai cinq qui sont absentes", constate l’infirmière en chef à la RTC. "La semaine passée, c’était les congés de Toussaint. Cette semaine est encore particulière parce qu’il y avait un jour férié. Il y a des congés qui ont été pris. Donc j’ai encore du personnel en moins. C’est un peu la catastrophe."

Ce qui aggrave encore plus la situation, c’est le nombre de nouveaux malades en hausse. “Il y a énormément de nouveaux patients ou bénéficiaires qui font appel à nous”, explique Timothy Prévot, directeur général de la société Aide et Soins à Domicile à la RTC. “Soit ils sortent des hôpitaux, car les hôpitaux ont dû faire de la place pour accueillir les patients Covid, ou bien il y a des patients Covid moins lourds qui ont été ramenés chez eux et qu’il faut prendre en charge.”

Des infirmiers angoissés

Un infirmier à domicile traite environ 12 à 16 patients par jour. Aujourd’hui, ces soignants sont sous pression. Les équipes amoindries et l’arrivée de nouveaux malades intensifient leur charge de travail, d’autant plus que les patients Covid exigent une prise en charge plus lourde. Au-delà du stress causé par l’excès de travail, il y a aussi la peur de la contamination : "Le personnel est surtout angoissé de contaminer les autres patients. Ils n’ont pas peur pour eux. Ils ont peur de donner la maladie au patient sain", explique Delphine Demaret.

Ainsi, alors que les infirmiers en soins à domicile, comme le personnel hospitalier, continuent à lutter contre le coronavirus en première ligne, la pandémie a mis en exergue le manque de personnel soignant, un problème qui ne date pourtant pas d’hier.

[A lire] : Soins palliatifs à domicile : les équipes de soutien à bout



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus