Walking Therapy : les psychologues reçoivent leurs patients dans la nature

Walking Therapy: les psychologues reçoivent leurs patients dans la nature

Une séance de consultation en dehors de son cabinet  ? C’est possible avec la ‘’Walking Therapy’’  ! Cette nouvelle technique thérapeutique consiste pour un psychologue et un patient à se balader dans la nature afin de profiter de tous ses bienfaits.

Le psychologue liégeois Pierre Gijsen pratique la marche thérapeutique dans la nature avec ses patients depuis plusieurs années. Actuellement, environ 30% d’entre eux expérimentent les nombreux bénéfices de la randothérapie.

Lire aussi  : Psychologues : consultation par vidéo et davantage de flexibilité

Sortir du bureau

Pour la plupart des gens, une consultation avec un psychologue ne peut se faire que dans un bureau fermé, en tête-à-tête, et chacun assis sur une chaise. La ‘’Walking Therapy’’ propose de bousculer ce schéma en amenant le psychologue et le patient à l’extérieur du cabinet. Elle allie les bienfaits de la nature, de la marche et de la psychothérapie.

"Ça peut aller de s’asseoir sur un banc dans un parc à des séances d’une ou deux heures en marchant avec le patient. Ça peut aussi être des formules plus ambitieuses à la fois sur un plan physique ou en termes de durée. Ça se prête bien à des problématiques d’anxiété, de dépression, de burn-out, de détresse au sens large du terme, les étapes de la vie, les deuils, etc.", explique Pierre Gijsen à la RTBF.

Lire aussi  : Chronique d’un psy : "La thérapie masquée’’ https://pro.guidesocial.be/articles/echos-du-terrain/article/chronique-d-un-psy-la-therapie-masquee

Libérer l’esprit

La marche thérapeutique met l’esprit rapidement en mouvement, atténue les sentiments négatifs et élargit nos horizons face aux problèmes qui nous tourmentent. Elle libère également plus facilement la parole et amène au changement, un pas déterminé après l’autre.

"Changer le cadre de cette manière-là permet parfois de dédramatiser un peu cette démarche. La mise en mouvement du corps permet aussi une mise en mouvement de l’esprit. Je pense que ça nous aide parfois à raisonner un peu différemment. Et puis la prise en charge en extérieur peut sembler rassurante par rapport à des locaux de consultation qui sont parfois confinés aussi ", détaille le psychologue à la RTBF.

De plus, le hasard des situations ou des rencontres peut aussi jouer un rôle dans ce type de thérapie.

"Je me suis déjà retrouvé dans des impasses avec des patients, dans les deux sens du terme. Il nous arrive aussi de croiser des objets sur lesquels rebondir, ou de souffler un peu plus en montée, ou encore de nous retrouver dans des conditions climatiques qui sont difficiles, ce qui ajoute au courage que la personne a eu d’aller consulter un professionnel et de se mettre dans ce type de position", précise encore Pierre Gijsen.

Lire aussi  : Réflexions autour de la fin d’une thérapie



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus