Yves Vanderveken « Tout projet de loi qui assimile la psychothérapie et la psychanalyse est une aberration »

25/12/13
Yves Vanderveken « Tout projet de loi qui assimile la psychothérapie et la psychanalyse est une aberration»

Les psychanalystes craignent que la nouvelle réforme de la psychothérapie implique leur assimilation à la psychothérapie. Ils défendent sans relÍ¢che la singularité de leur pratique. Entretien avec Yves Vanderveken, président de l’association de la Cause freudienne.

Lire le dossier : Réforme de la psychothérapie : la chasse aux charlatans est ouverte

Pourquoi êtes-vous opposés cette réforme ?

Les psychanalystes n’ont jamais été demandeurs d’une loi dans le champ de la santé mentale mais nous n’y sommes pas opposés. Par contre, nous sommes opposés au fait que cette loi ne distinguerait pas la psychothérapie de la psychanalyse, ce qui était le cas dans la première mouture présentée en septembre.

Le projet de réforme déposé en novembre a ajouté un commentaire à l’article 31 : « L’exercice de la psychanalyse et le port du titre de psychanalyste n’est pas du ressort de la présente loi. » Une victoire, donc. Toujours insuffisante pour vous...

En effet, ce commentaire est le résultat de notre mobilisation. Mais notre souci est que ce commentaire n’a pas de force juridique suffisante pour juger plus tard de l’exercice illégal de la psychothérapie. Nous demandons donc que soit ajouté un amendement précisant clairement l’impossibilité explicite d’être poursuivi pour exercice illégal de la psychothérapie. Et nous restons sur la brèche parce que des associations de psychologues militent pour l’assimilation. Nous veillerons à l’avenir que les déclarations parlementaires et celles de la ministre (ndlr : Laurette Onkelinx, Ministre de la Santé) confirment légalement que la psychanalyse n’est pas du ressort de cette réforme.

Pour quelles raisons exigez-vous à tout prix cette distinction entre psychanalyse et psychothérapie ?

Il y a une dimension psychothérapeutique à la psychanalyse mais la psychanalyse ne fait pas des effets thérapeutiques une fin en soi. La psychothérapie n’est pas un champ univoque mais elle vise toujours à un retour à un équilibre, une maîtrise des passions. La dimension psychothérapeute implique qu’on s’adresse à quelqu’un qui détient des techniques et dont on attend des réponses. Il y a une part de ça dans la psychanalyse mais ce qui la distingue clairement est qu’elle vise non à un retour à l’équilibre mais à une opération de déchiffrage de la vérité propre à chacun, du désir de chacun. Avec l’idée que le désir est toujours détraqué, « non normatif ». La psychanalyse ne préjuge pas sur ce qui peut donner le bien à quelqu’un.

Craignez-vous d’être considéré comme les « charlatans « que cette réforme vise à combattre ?

Le « charlatanisme » est un faux prétexte. C’est un davantage une prise de pouvoir dans le champ de la santé mentale qui est en train de se jouer. En refusant d’être assimilé aux psychothérapeutes, les psychanalystes tiennent aussi à maintenir la qualité de leur profession. Si la psychanalyse passe sous le champ de la psychothérapie, cela voudrait dire qu’on attribuerait le titre de psychanalyste sur base d’un diplôme, une exigence bien moindre que celles requises pour être psychanalyste actuellement, selon les critères en vigueur de puis 100 ans. On ne devient pas psychanalyste par une formation ad hoc. La majorité d’entre nous sont passés par une longue formation mais ce ne sont pas les diplômes qui prévalent. Tout projet de loi qui assimile psychothérapie et psychanalyse est une aberration. De même tout projet de loi qui viserait à légiférer une formation psychanalytique en terme de diplôme serait une aberration.

Manon Legrand

N’hésitez pas à participer, commenter et réagir sur notre site ou Forum.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus