Asile : 8 CPAS trouvent un accord

18/07/02

Des 58 CPAS concernés par la circulaire Vande Lanotte, 8 ont trouvé ce week-end un accrod avec le ministre de l’intégration sociale.

Cette circulaire oblige la démonstration par les CPAS des efforts fournis pour que le demandeur d’asile reste sur le territoire de la commune qui lui a été désignée.
Si le candidat réfugié ne réside pas dans la commune, l’aide sociale accordée par le CPAS est subsidiée à 50% par l’Etat fédéral. S’il y réside effectivement ou si le CPAS prouve qu’il lui a proposé un logement, le subventionnement est de 100%.
Désormais, le formulaire standard, signé par l’intéressé qui indique qu’il ne veut pas habiter là, devra être accompagné d’un rapport de l’assistant social.

58 CPAS s’étaient vus refuser toute subvention parce que moins de 5% des demandeurs d’asile résidaient effectivement sur la commune.
Une solution a été dégagée pour 8 d’entre eux, qui se sont engagés à développer une initiative locale d’accueil (ILA).

Mardi, en commission de la Santé de la Chambre, le ministre Vande Lanotte a voulu mettre les points sur les i : J’entends tout le temps que ’les’ CPAS protestent... Cinquante sont concernés, soit moins de 10% ! Et c’est parce que d’autres CPAS m’ont alerté qu’il y avait un problème de renvoi des demandeurs d’asile que j’ai secoué le cocotier. (source La Libre)

Les 50 CPAS restant seront invités à prendre contact avec le cabinet du ministre.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus