Assurer le financement des accueillantes d’enfants est une priorité

Assurer le financement des accueillantes d'enfants est une priorité

Début janvier, 400 accueillantes d’enfant passaient enfin sous statut de salariées, après quelque 20 ans d’attente. La ministre en charge de la petite Enfance, Alda Greoli, a en effet pu mener à bien ce combat, qu’elle considérait comme une des mesures phares de sa législature. A présent, Brulocalis demande de concrètement assurer ce financement.

Les accueillantes d’enfants ont probablement passé une très belle fin d’année 2017. En effet, fin décembre, la ministre de la Petite Enfance, Alda Greoli, avait franchi une première étape dans son combat pour le statut de ces professionnelles. Ainsi, à partir de ce mois de janvier, 400 premières accueillantes d’enfants pourront bénéficier du statut de salariées. Pour rappel, la rémunération de ces accueillantes se basaient, avant, sur le nombre d’enfants présents. Le salaire fluctuait donc énormément pour ces travailleuses. Aujourd’hui, Brulocalis demande à la ministre de concrètement assurer ce financement.

Préoccupée par la problématique du manque de place dans les milieux d’accueil de la petite enfance, notre Association ne peut que se réjouir du projet actuel porté par la Ministre de l’Enfance en Communauté française, Madame Alda Greoli, visant à octroyer un statut social de salarié(e) à domicile aux accueillant(e)s d’enfants conventionnées.

Dans le cadre de ce projet, et plus spécifiquement du test-pilote qui devrait permettre de tester la faisabilité de ce nouveau statut, le Comité C était appelé à se prononcer, le 13 décembre 2017, sur la question du calcul de la rémunération des accueillant(e)s participant au projet.

Avec notre consœur wallonne, l’UVCW, nous avons attiré l’attention de la Ministre Alda Greoli et du Ministre-Président de la Communauté française Monsieur Rudy Demotte sur l’absolue nécessité de prévoir un subventionnement de nature à assurer la neutralité budgétaire du projet pour les pouvoirs locaux.

A notre demande, le cabinet de la Ministre Greoli nous a transmis une estimation du montant du subside annuel qui devrait être octroyé par accueillant(e) salarié(e). Celui-ci s’élèverait à quelque 38.662,44 euros (0 année d’ancienneté en 2018) et correspondrait au subside public ONE pour le personnel des crèches communales.

Nous souhaitons bien entendu avoir la certitude que ces montants pourront effectivement permettre de couvrir le coût total susceptible d’être mis à charge des employeurs publics et qu’il ne résultera dès lors aucun surcoût inattendu pour les pouvoirs locaux. Nous n’avons, à cet égard, pas de certitude quant au barème appliqué aux accueillantes en Région bruxelloise.

Par ailleurs, il nous apparaît primordial que le budget prévu par la Communauté française permette également de couvrir le développement éventuel de ce type d’accueil en région bruxelloise. Car si le nombre d’accueillant(e)s d’enfants conventionné(e)s reste encore fort marginal dans notre région, il pourrait bien entendu s’agir d’une réelle opportunité pour répondre au déficit en matière de places d’accueil.

Action de Brulocalis

- Brulocalis et l’UVCW ont porté leur avis à la connaissance de la Ministre Alda Greoli et du Ministre-Président de la Communauté française Monsieur Rudy Demotte.
- Brulocalis l’a également répercuté au Ministre-Président de la Région bruxelloise, Monsieur Rudi Vervoort, par courrier du 12 décembre 2017.
- Brulocalis a enfin répété sa position au Comité C du 13 décembre 2017.

[A lire]

- Les accueillantes d’enfants dans les rues !
- Les accueillantes, nouvelles victimes de la crise politique ?
- La condition des accueillantes d’enfants s’améliore



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus