Bruxelles : "L’accord Non-Marchand 2018-2019 pas respecté en 2019 !"

Bruxelles:

Le 18 juillet 2018, était signé l’accord non-marchand bruxellois pour les années 2018-2019. Si les mesures prévues pour 2018 ont pu être concrétisées avec l’ancien exécutif, les élections et les délais de mise en place des nouveaux gouvernements bruxellois, n’ont pas permis de concrétiser les mesures 2019 jusqu’à ce jour. Face à cette situation, le front commun syndical passe à l’action !


- [A lire] : "Une revalorisation barémique pour les agents des CPAS bruxellois !"

Pour l’année 2019, l’accord non-marchand bruxellois prévoyait deux mesures phares :
- Vers la gratuité des frais de transport en commun, en tous cas à ce jour à 80% du prix réellement payé par le travailleur.
- Une prime récurrente complémentaire à la prime de fin d’année à partir de 2019.

De plus, le fameux accord prévoyait que, faute de pouvoir affecter l’entièreté des budgets aux mesures prévues, les partenaires sociaux pouvaient décider de les utiliser pour amplifier un autre avantage prévu dans le texte.

« Lors d’une dernière réunion, nous avons appris que, pour des raisons de rigueur budgétaire, et de calendrier, il ne serait pas possible de mettre en œuvre une part importante des mesures 2019, mais qu’en plus, il n’y avait pas d’accord politique pour affecter ces sommes pour augmenter la prime en 2019. Ces montants, plus de 7 millions d’euros, seraient donc perdus pour le personnel en 2019 », dénoncent d’une seule voix les syndicats.

- [A lire] : Enfin un projet d’accord pour le non-marchand bruxellois !

La santé, l’insertion ou encore l’aide aux personnes

Face à ce constat pour le moins amer, le front commun a interpellé les huit Ministres et Secrétaires d’Etat concernés, afin de convenir rapidement d’un rendez-vous et ainsi de vérifier si l’accord sera respecté ou non en 2019. « Faute de réponse à ce jour, nous organiserons une action le mardi 5 novembre 2019 », annoncent le SETCa, la CNE ou bien encore la CGSLB. « Il s’agit de rappeler la détermination des travailleurs à ce que ce nouvel exécutif respecte les accords signés, et ne confisque pas l’argent des travailleurs. »

Pour ce faire, les syndicats déposeront un préavis de grève à durée indéterminée dans les secteurs notamment de la santé, de l’insertion, de l’aide aux personnes et des ETA pour couvrir tous les travailleurs qui voudraient interpeller les gouvernants bruxellois ce 5 novembre.

- [A lire] : La colère gronde au sein des hôpitaux publics du réseau Iris



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus