Covid-19 : face au manque de blouses, la solidarité s'organise

Covid-19: face au manque de blouses, la solidarité s'organise

Depuis le début de la crise engendrée par le coronavirus, le personnel soignant est sur le front et fait part de son manque de matériel. Plusieurs structures médicales ont lancé ces derniers jours un appel aux couturiers et couturières de la société civile. Elles ont besoin de blouses. Ce vêtement, nécessaire pour les acteurs de première ligne commence à faire défaut. Heureusement, les citoyens se mobilisent, sont solidaires et répondent massivement à ces appels.

Le CHU de Liège, le CPAS de Namur… voici des exemples de structures qui pourraient bientôt manquer de blouses. Elles font donc appel à la générosité des citoyens. Ces derniers jours, les demandes de ce genre se multiplient. Après les masques, premier incubateur de cette solidarité citoyenne, ce sont donc maintenant les blouses pour lesquels le personnel de santé a besoin de l’aide de personnes maniant la machine à coudre.

Dans un communiqué, le CHU de Liège dévoilait en fin de semaine dernière son ambition. « L’idée est de créer une réserve de couturiers/couturières qui seraient prêt(e)s à réaliser, chez eux/elles (dans le respect du confinement), les fameuses blouses. Les couturières de l’Opéra Royal de Wallonie sont également mobilisées. Si nous parvenons à accroître notre volume de toile – un produit lui-même fort sollicité –, nous pourrions poursuivre l’effort vers d’autres destinataires dans le besoin, en Belgique ou ailleurs »

Le centre hospitalier universitaire vient pourtant de recevoir 10.000 blouses. Le problème, lui, concerne la date de la prochaine livraison, qui reste floue. Car ces blouses sont très importantes ! Elles sont notamment utilisées dans les salles d’opération. Et elles sont nécessaires par tous les acteurs de première ligne, dont le personnel des soins intensifs. Alors est venue l’idée de lancer cet appel aux dons. L’objectif est de recevoir 6.000 blouses supplémentaires, fabriquées et assemblées par des couturiers et couturières issus de la société civile, qu’ils soient confinés ou non à l’heure actuelle.

Plus de 2.600 citoyens répondent à l’appel

Un prototype de blouses a été validé. Le CHU de Liège a indiqué clairement ses besoins et la manière dont il fallait y répondre : « Le travail est de réaliser des blouses, à partir de la toile utilisée pour champ de stérilisation utilisés dans les salles d’opération. Un prototype a été validé par les services du CHU. Une couturière professionnelle a réalisé un exemple cousu et un patron. La société Techni-Voile à Alleur va découper les différentes pièces que les couturières n’auront plus qu’à assembler. Ces toiles prédécoupées vont arriver la semaine prochaine au CLC de Chênée (le centre de logistique du CHU), emballée par unité ».

Louis Maraite, le chargé de communication du centre hospitalier liégeois, renchérit : « Notre volonté, c’est de mettre à disposition le réseau de couturières que nous avons créé à toutes les structures qui en feraient la demande. » Cette opération a été nommée : « Couture contre le coronavirus ».

Une blouse prend environ 30 minutes à être assemblée. Pour ceux qui souhaiteraient aider, il suffit de contacter le CHU par mail, à l’adresse suivante : couture@chuliege.be. Vous recevrez alors un formulaire que vous devrez remplir. Plus d’informations suivront ensuite, telles que la manière dont vous pourrez vous munir des modèles prédécoupés à coudre, et la quantité requise par le centre hospitalier. A l’heure actuelle, plus de 2.600 couturiers et couturières ont répondu à l’appel du CHU de Liège et attendent leur kit, afin de commencer la production.

Le CPAS de Namur renouvelle son appel

Du côté du CPAS de Namur la situation est sensiblement la même. Déjà lancé la semaine dernière, la structure renouvelle son appel aux couturiers pour la réalisation de blouses. « Nos matières premières arriveront au fur et à mesure dès ce début de semaine mais les besoins sont déjà bien présents...Si vous disposez de tissus, fil, anciennes chemises de nuit, blouses d’hôpital, tabliers type (labo), …, contactez-nous. »

Le CPAS donne également les détails pratiques : «  Vous pouvez aussi nous les déposer au CPAS de Namur : rue de Dave, 165 à 5100 Jambes. La semaine, le CPAS est ouvert de 8h00 à 12h00. Il existe une vidéo pour la réalisation de ces surblouses. La voici : https://youtu.be/n8-z6CDlBjw. Ces gestes nous permettent de tenir le coup dans un contexte bien difficile pour un grand nombre de personnes. » Ces appels ont déjà suscité des résultats. Plus de 200 personnes ont offert leurs services. Malgré tout, les besoins sont toujours réels.

C.D.

[Sur le même sujet] :
- Masques : "Le groupe met en relation les personnes en demande et les couturières"
- Masques buccaux : les conseils, le tuto et le patron du SPF Santé
- SDF et Covid-19 : "Dans notre secteur, le télétravail n’est pas une option !"
- Caroline confectionne des masques en tissu pour les soignants
- Coronavirus : "Les infirmiers et infirmières à domicile sont les grands oubliés !"
- Les kinés face au coronavirus : "C’est la débrouille absolue !"



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus