CPAS : vers une plus grande insertion à l’emploi des bénéficiaires

CPAS: vers une plus grande insertion à l'emploi des bénéficiaires

La Commission des Affaires économiques du parlement bruxellois a approuvé un projet d’ordonnance réformant le dispositif d’insertion à l’emploi de personnes émargeant au CPAS. Le but est d’inscrire le dispositif au mieux dans le contexte social bruxellois

A l’occasion de la 6ème réforme de l’Etat, la Région est devenue compétente du dispositif d’insertion à l’emploi de personnes émargeant au CPAS. Un dispositif qu’elle souhaite renforcer, entre autres, par un renforcement budgétaire. Celui-ci servira à augmenter le personnel dans les CPAS. Dans un autre temps, cette modification permettra la création d’un nouveau cadre structurel, juridique et financier.

 [A lire] Elections : les CPAS lancent un SOS

Du budget pour des nouveaux postes

Afin de renforcer le dispositif d’insertion à l’emploi de personnes émargeant au CPAS, la Région met la main au portefeuille. Depuis 2016, le budget ne cesse d’être revu à la hausse. L’objectif est de tendre vers 4.000 postes de travail, en 2019. Une augmentation élaborée afin d’inciter chaque CPAS à créer une offre d’emploi d’au moins 10 % du nombre de personnes aidées financièrement par le revenu d’intégration ou l’équivalent au revenu d’intégration pour les personnes inscrites au registre des étrangers.
 [A lire] CPAS : une évolution nécessaire...

Les modifications prévues

Le projet d’ordonnance modifiant l’article 60 de la loi du 8 juillet 1976 organique des centres publics d’action sociale a plusieurs angles d’attaques. D’un côté, il vise la création d’une base juridique pour la mission d’insertion socio-professionnelle des CPAS. De l’autre, il prévoit une évaluation qualitative de dispositif actuel. Plus globalement, il est l’occasion de créer au niveau bruxellois un cadre structurel, juridique et financier adapté. Celui-ci succèdera à l’actuel partenariat entre ACTIRIS et les CPAS, datant des années 90.

« Les modifications apportées visent également à mettre en avant le caractère formatif de l’emploi proposé en lui donnant des balises précises et communes au 19 CPAS », explique Didier Gosuin, ministre bruxellois de l’Emploi, interrogé par Belga. De plus, il s’agit, selon le ministre, de rayer la vision d’un emploi bouche-trou ou permettant d’obtenir des allocations de chômage. Mais, aussi, de mettre en avant les travailleurs de l’ombre du CPAS.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus