De plus en plus de professionnels utilisent la thérapie par l’animal

De plus en plus de professionnels utilisent la thérapie par l'animal

Chez les professionnels du secteur psycho-médico-social, les thérapies avec les animaux ont le vent en poupe. Même si elles ne sont pas si récentes que cela, la société redécouvre cette manière de soigner.

[DOSSIER]
- Hippothérapie : les chevaux pour aider le patient à se libérer
- Zoothérapie : "le chien est un outil au service du patient"

La santé évolue constamment. Les remèdes avancent, de nouvelles maladies ainsi que de nouveaux syndromes apparaissent. Pour pallier ces différentes évolutions, de nouvelles thérapies viennent à voir le jour. Et parfois, les anciennes thérapies, oubliées pour certaines, reviennent au gout du jour. Dans ces thérapies nouvelles où le mot d’ordre est l’apaisement, nous trouvons de plus en plus de filiation entre santé et animaux. Une manière de soigner qui rompt avec la médecine traditionnelle. Les acteurs de la santé comme les éducateurs, kinésithérapeutes, psychomotriciens, psychologues, infirmiers ainsi que le public semblent se tourner, avec un grand intérêt, vers ces thérapies alternatives. De la douceur de guérir.

Une richesse délaissée

Cette prise de conscience et cet intérêt pour les thérapies avec des animaux, trouvent surement naissance dans l’évolution du regard et de l’empathie de la société envers les animaux. Longtemps reléguée comme fausse thérapie, faux remède, cette approche thérapeutique s’est doucement imposée offrant un panel de possibilités important. Du cheval au dauphin, chaque animal répond à un besoin et au caractère du bénéficiaire.

Par exemple, si on prend le cas de l’âne, celui-ci est d’un caractère confiant et curieux. Il a un besoin de savoir ce qui se passe autour de lui et d’avoir à vue le troupeau. Cela a pour effet de rendre l’âne beaucoup plus attentif à l’homme. Mais sa caractéristique première selon l’asinothérapie est son intelligence qui le rend prudent. Cela est intéressant pour l’être humain de comprendre cette prudence et ce temps de réflexion avant d’agir dans un monde où tout nous pousse à aller vite et ainsi, à nous mettre en danger. «  L’âne est un révolutionnaire qui s’ignore : c’est un anarchiste non-violent qui pratique naturellement autodiscipline et solidarité  », peut-on lire sur le site dédié à l’asinothérapie.

- [A lire]  : L’hippothérapie comme outil de l’Aide à la jeunesse

Les animaux pour travailler sur l’inadaptation à la société

Les personnes souffrant de déficience mentale, de troubles de la parole ou encore d’insensibilité sociale ont besoin d’un encadrement spécifique et individualisé leur permettant d’évoluer en toute sécurité. Et c’est en cela que les animaux peuvent jouer un rôle déterminant là où les traitements plus traditionnels ont un effet limité sur certaines pathologies. Les personnes souffrant d’une déficience mentale ou d’une inadaptation sociale profonde peuvent améliorer leur capacité de socialisation et d’attention grâce à la relation qui se forge et se développe avec les animaux. Cette thérapie est des plus pertinentes de nos jours pour toutes personnes touchées par des troubles du comportement.

La symbiose entre l’animal et l’homme apporte des effets apaisant aux bénéficiaires qui peuvent ainsi détruire les murs qui se dressent devant eux.

B.T.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus