Elections : des aides plus accessibles pour les personnes handicapées

Elections: des aides plus accessibles pour les personnes handicapées

Le Conseil Supérieur National des Personnes Handicapées a sorti son carnet de doléances, en vue des élections. Au programme, notamment, la possibilité pour les personnes handicapées d’accéder plus facilement aux différentes aides mais aussi aux soins de santé.

Dans un peu plus de 10 semaines, les Belges seront invités à aller voter ! L’occasion pour les associations et fédérations de faire entendre leurs voix. Aujourd’hui, c’est au tour du Conseil Supérieur National des Personnes Handicapées (CSNPH) de clamer ses revendications. Il demande, notamment, le rehaussement des allocations de remplacement de revenus et un accès plus efficace aux biens et services.

[DOSSIER]

- Inclusion : un accord pour un meilleur accès aux institutions
- Une application pour aider les PMR à trouver des places de parking

Vivre dignement

L’allocation de remplacement de revenus d’une personne porteur d’handicap isolé est de 20% sous le seuil de pauvreté. Un montant insuffisant pour atteindre un niveau de vie satisfaisant. Le CSNPH demande le relèvement de cette allocation au minimum au seuil de pauvreté. De plus, il revendique la fin de la prise en compte de l’allocation d’intégration (AI) dans l’octroi des autres aides, comme le RIS ou l’aide aux personnes âgés. Pour rappel, l’allocation d’intégration a été créée afin de couvrir les surcoûts liés au handicap. Or, aujourd’hui, elle rentre dans le calcul d’octroi des aides sociales du CPAS. Illogique pour le Conseil  ! De manière globale, pour le CSNPH, toute la législation actuelle en matière d’allocation devrait être réactualisée.

De plus, il déplore le manque de personnes porteuses d’un handicap dans le monde professionnel. Pour le Conseil, il faut «  une réelle politique d’intégration professionnelle des personnes handicapées, qui dépasse le stade de la sensibilisation et fixe des objectifs d’emplois concrets dans l’emploi ordinaire  ». Cela passe notamment par un soutien aux employeurs engageant ce genre de public.

- [A lire]  : Inclusion : que font les services d’appui à la formation professionnelle ?

Un meilleur accès aux biens et services

Le CSNPH demande un meilleur accès global aux biens et services, que ce soit dans les soins de santé, les aides ou les MRS. Premièrement, un meilleur traitement des demandes d’aides par la DG Personnes handicapées s’impose ainsi qu’une meilleure mise en réseau des acteurs existants. Essentiel, selon le Conseil, pour endiguer le phénomène du «  non take up  » (non-recours aux droits existants). Aujourd’hui, des personnes handicapées, par manque d’information, n’ont pas accès à des soins de santé ou des aides dont ils ont pourtant droit.

De plus, il se bat pour un renforcement de «  l’accessibilité des hôpitaux, l’accès à l’information et à la formation des professionnels et enfin d’introduire effectivement la possibilité de déléguer certains actes infirmiers à des non-professionnels  ». Finalement, il demande le droit pour une personne porteur d’un handicap de choisir son lieu de vie, quelle que soit sa déficience ou son âge.

Une participation à la société

Renforcer l’accessibilité et la mobilité des PMR, considérer la personne handicapée comme un citoyen à part entière, une représentation accrue par les structures consultatives, conscientiser davantage le grand public sur les réalités du handicap… Tant de choses importantes que le CSNPH pointe dans son mémorandum.

Finalement, le Conseil tient à mettre en lumière deux enjeux qui lui semble essentiel. Il existe, aujourd’hui, un réel besoin de données statistiques. Les autorités belges ne disposent pas de statistiques complètes sur le nombre et les besoins des personnes handicapées vivant en Belgique. En grande partie à cause de la fragmentation des compétences au sein des différences instances. C’est pourquoi il demande, de plus, une concertation accrue entre niveaux de pouvoirs.

- [A lire]  : Inclusion : Luther, porteur d’une Trisomie 21, va à l’école ordinaire

Vous souhaitez nous communiquer une idée de sujet pour un futur article ? Vous désirez exprimer votre opinion sur un fait d’actualité, une réforme ou dénoncer une situation ? Lecteurs, travailleurs du secteur psycho-médico-social, contactez immédiatement le Guide Social via l’adresse redaction@guidesocial.be.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus