Grève : hôpitaux publics et CPAS réclament une hausse des salaires

Grève: hôpitaux publics et CPAS réclament une hausse des salaires

Ce jeudi 7 novembre, les hôpitaux publics ainsi que les CPAS bruxellois seront en grève et effectueront une grande action devant le siège du gouvernement régional. Lassé par l’immobilisme des représentants politiques, le secteur des administrations locales et régionales de Bruxelles passe à la vitesse supérieure afin de réclamer notamment une revalorisation salariale de 10% ainsi qu’une amélioration des conditions de travail.


- [A lire] : La colère gronde au sein des hôpitaux publics du réseau Iris

Voilà une bonne année maintenant que le secteur des administrations locales et régionales de Bruxelles mène, en front commun, une série d’actions autour d’une liste de demandes des travailleurs des hôpitaux publics ainsi que des CPAS. « Alors que la plupart des représentants politiques exprimaient un soutien à nos revendications en période pré-électorale, force est de constater que les paroles se sont à nouveau envolées et que le silence règne actuellement entre les organisations syndicales et l’autorité politique », déplorent, d’une seule et unique voix, la CGSP, la CSC et le SLFP. « Depuis début septembre, le Front commun a donc repris ses actions avec une participation importante des collègues du secteur. »

Dans ce contexte de forte mobilisation, le personnel des hôpitaux publics ainsi que des CPAS bruxellois sera en grève ce jeudi 7 novembre. A cette occasion, ils mèneront, dès 10 heures du matin, une grande action devant le siège du gouvernement bruxellois, installé au boulevard du Régent, en plein cœur de la capitale. Au cœur de leurs revendications, nous retrouvons une revalorisation salariale de 10%, du personnel en suffisance pour travailler dans de bonnes conditions et offrir un service de qualité, des services publics de qualité pour toutes et tous ainsi qu’une réduction du temps de travail.

- [A lire] : "Une revalorisation barémique pour les agents des CPAS bruxellois !"

L’équipe du nettoyage du CHU Brugmann en colère

Un peu plus tôt dans la semaine, les hôpitaux publics du réseau IRIS avaient déjà été le théâtre d’un important mouvement de grogne. En effet, ce mardi 5 novembre, l’équipe du nettoyage du CHU Brugmann a décidé de partir en grève pour défendre ses droits.

« Alors que le prix des loyers, de l’électricité, du gaz, de la nourriture et d’autres produits de première nécessité ne cesse d’augmenter, nous lançons haut et fort un cri d’alarme. Le nombre de travailleurs pauvres avec emploi augmente sans cesse. Tous les jours, nous vivons dans une galère inextricable. Nous voyons un par un nos collègues souffrir alors qu’au quotidien nous travaillons pour le public dans une institution de soins bruxelloise. Ça suffit », a dénoncé la CGSP. Et de marteler : « Aujourd’hui, nous exigeons un salaire pour vivre et non pour survivre ! »

Concrètement, l’équipe du nettoyage du CHU Brugmann a mené une journée de grève pour réclamer notamment un passage immédiat du grade E vers le grade D, une revalorisation de tous les barèmes de 10%, un salaire minimum de 14€/heure ou 2.300 € brut par mois et du personnel supplémentaire afin de travailler dans des conditions acceptables.

Différents corps de métier cohabitent dans les hôpitaux publics ainsi que les CPAS bruxellois. Ils effectuent des tâches différentes. Mais, un élément fort les lie les uns aux autres : leur ras-le-bol !

- [A lire] : Iris : "Le personnel se détruit la santé... à soigner les autres !"

E.V.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus