Handicap : "La gestion désastreuse du Domaine de Taintignies a repris"

Handicap:

En octobre 2018 et février 2019, le personnel du Domaine de Taintignies, Maison d’Accueil Spécialisée qui héberge des personnes en situation de handicap de nationalité française, menait deux grèves massives pour dénoncer les manquements des dirigeants. L’Aviq a confirmé la situation par un rapport négatif en mars 2019. Les responsabilités de ces dysfonctionnements relèvent directement du directeur et des administrateurs : surfacturations, laisser-faire d’actes de maltraitance sur des résidents, carence d’équipement de soins et d’hygiène pour les résidents.

La quarantaine de travailleurs de la structure qui accueille des personnes en situation de handicap de nationalité française en grève ont accepté de reprendre le travail le 8 avril 2019 avec la condition de la mise à distance du directeur vu ses responsabilités dans la désorganisation du Domaine de Taintignies et son comportement injurieux vers les travailleurs.

En avril 2019, le bureau de conciliation de la Commission paritaire a désigné un médiateur de conflit et un gestionnaire de crise afin d’accompagner au mieux la reprise d’un fonctionnement normal au Domaine de Taintignies. Toutes les prérogatives de direction dans l’institution ont été confiées au gestionnaire de crise à dater du 8 avril par décision paritaire de la commission paritaire.

- [A lire] : Clap de fin pour les grévistes du Domaine de Taintignies

"Des menaces lourdes"

"Dès la reprise de travail, le directeur, avec la complicité de Mme Dewitte, propriétaire du bâtiment le Domaine de Taintignies, n’ont cessé d’entraver l’action des deux experts désignés par la commission paritaire afin de les pousser à mettre un terme à leur mission. Nous savons que des menaces lourdes leur ont été adressées", dénonce la CNE.

Et de rajouter : "Ceci en parfaite déloyauté avec tous les principes de concertation sociale alors que Mme Dewitte avait accepté les accords pris en bureau de conciliation de la commission paritaire. Les comportements délictueux des dirigeants du Domaine de Taintignies n’ont donc pas cessé !"

La gestion que le syndicat juge désastreuse du Domaine de Taintignies a repris, depuis début septembre. Pour la CNE, la Maison d’Accueil Spécialisée est gérée par un triumvirat inapte : "Il est composé d’un nouveau directeur engagé en tant que « consultant » et ensuite requalifié responsable pédagogique, d’une secrétaire générale qui a démissionné de son poste d’administratrice vu ses ennuis judiciaires et un directeur dont le bureau de conciliation a recommandé la mise à distance !"

- [A lire] : Le personnel du Domaine de Taintignies est de nouveau en grève

De nouvelles admissions encore envisageables ?

La disqualification du Domaine de Taintignies auprès des organes de contrôle provoque les décisions de ces organes de mettre un terme aux conventions d’accueil. De nouvelles admissions de résidents ne sont plus envisageables dans un tel marasme. "Au lieu de chercher l’apaisement et l’évolution positive, le directeur se remet en scène dans une posture de vengeance vis-à-vis des travailleurs qui ont dénoncé la situation de l’institution, en licenciant de manière injustifiée", s’insurge la CNE. "La secrétaire générale, Mme Dewitte affiche des attitudes brusques, inadéquates envers les résidents qui veulent quitter l’institution."

Et de conclure : "L’AVIQ a le pouvoir de faire changer les choses. Il faut décider maintenant ! Les marchands sans morale n’ont pas leur place dans un secteur honorable comme celui de l’accueil des personnes handicapées."



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus