Harcèlement de rue : "Nous avons formé 300 personnes l’an dernier !"

Harcèlement de rue:

« Touche pas à ma pote » est une asbl bruxelloise qui lutte contre le harcèlement de rue et le sexisme. Pour combattre ce phénomène, elle a tout d’abord lancé l’application "Touche pas à ma pote" qui a été suspendue faute de subvention. Mais, l’aventure ne s’est pas arrêtée là… L’association organise des formations à destination des policiers et est en train de développer un projet de sensibilisation dédié aux enfants. Pour Béa Ercolini, la fondatrice, il est également essentiel de développer la collaboration entre les associations.


- [A lire] : "Sale Chienne", la campagne qui lutte contre le sexisme en rue

« Touche pas à ma pote est une asbl qui existe depuis 2012. Son objectif est de mettre en place des solutions contre le harcèlement sexiste dans les espaces publics. L’application que nous avons lancée a été suspendue. Cela n’est pas une surprise puisque ce projet était destiné à fonctionner sur une période de deux ans. N’ayant pas le budget pour continuer, nous avons décidé d’arrêter l’application », indique Béa Ercolini, à l’origine de l’initiative.

Elle poursuit : « Cet application nous a permis de récolter des statistiques extrêmement précises (…) Le harcèlement de rue à Bruxelles doit être abordé en abordant toutes les facettes du phénomène, tous les problèmes. Il faut que tous les acteurs travaillent ensemble : le grand public, les enfants, le personnel de la police… ».

- [A lire] : Sexiste, le secteur psycho-médico-social ?

Des nouveaux projets verront le jour

L’asbl ne se résume pas seulement à une application : « On travaille avec la Ligue d’Impro pour donner vie à un programme qui s’appelle Touche pas à ma pote en classe. L’idée est d’utiliser l’improvisation pour faire comprendre aux enfants et aux jeunes ce qui est le harcèlement sexiste dans les espaces publics. Parallèlement, on a développé une formation destinée aux adultes, plus spécifiquement, aux agents de police, aux gardiens de la paix et au personnel communale. Ils sont plus de 300, l’année dernière, à l’avoir reçu. » Le but est d’offrir à ces professionnels une série d’outils pour avoir la meilleure réaction possible face à une victime.

A.A.

Découvrez notre reportage vidéo :

Retrouvez toutes les vidéos du Guide Social sur notre chaîne Youtube.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus