L'agressivité en milieu médical est-elle la faute du soignant ?

L'agressivité en milieu médical est-elle la faute du soignant ?

Une étude publiée par De Standaard révèle que près de 9 soignants sur 10 auraient déjà été confrontés à de la violence physique ou verbale de la part d’un patient. Elle dévoile ainsi 3 explications possibles à cette agressivité, qui serait liée au patient, mais aussi à l’attitude du personnel soignant.

Une étude publiée par De Standaard a été menée auprès de 24 maisons médicales et hôpitaux flamands. Elle révèle que 90% du personnel a déjà été confronté à l’agressivité des patients ou de leurs proches. Dans le domaine des soins à domicile, ils seraient 78%. Si cette agressivité peut être liée à la situation de stress dans laquelle se trouvent le patient et ses proches, elle pourrait aussi être liée à d’autres facteurs qui relèvent de l’attitude et des conditions de travail du soignant.

Trop de travail administratif

Selon l’étude, l’agressivité en milieu médical serait liée à la part de travail administratif des soignants, qui ne pourraient plus prendre le temps de se concentrer sur l’accompagnement "humain" des patients. En effet, le personnel soignant consacre 40% de son temps au travail administratif et doit planifier les procédures pour plus d’efficacité. Pour les toilettes par exemple, les soignants doivent tenir un rythme qui les empêche de s’occuper des demandes plus personnelles des patients. Cette demande de toujours plus de rentabilité fait émerger une frustration tant du côté du patient que du soignant.

La peur des menaces

Autre cause de l’agressivité en milieu médical : les menaces des patients et l’atmosphère qui en résulte pour le personnel. En effet, 40% du personnel infirmier déclare dans l’étude avoir fait l’objet de menaces. Les patients et leurs proches menacent notamment de déposer plainte. Par conséquent, les soignants deviennent plus pointilleux sur les procédures et les tâches administratives, afin de ne pas être pris en faute. Cela amplifie donc le manque de personnalisation des soins et crée un réel climat de méfiance au sein de la relation soignant-patient.

L’influence de l’équipe

Enfin, l’enquête révèle que le climat de méfiance vis à vis d’un patient peut aussi venir de l’influence de l’équipe soignante. Lorsqu’un collègue déclare qu’un patient est difficile, les autres membres de l’équipe peuvent être influencés et percevoir ce dernier différemment. La question de l’agressivité tenant à un ressenti, des actes qui ne sont à première vue pas agressifs, peuvent être perçus comme tels selon le vécu du soignant et l’influence du groupe.

Un problème récurrent

L’agressivité des bénéficiaires est le lot de beaucoup de professionnels du psycho-médico-social. Dans le secteur des soins de santé, l’étude révèle que ce sont les personnes les plus dépendantes des soins qui ont tendance à devenir agressives. "Nous savons que dans des situations vulnérables, telles que la maladie ou la faiblesse, il est plus difficile de communiquer correctement", explique Vandecasteele, l’auteur de l’étude, à De Standaard. Dans ces conditions, la question de l’accueil de la personne est tout particulièrement importante.

[A Lire]

- "Me calmer ? Ca fait trois heures que j’attends debout !"
- Santé mentale, marchandisation grandissante des soins... quelles dérives ?
- Maggie De Block : "Des économies et des réformes au scalpel fin"



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus