L'assistant social à SOS enfants : un éventail d'interventions

L'assistant social à SOS enfants : un éventail d'interventions

Le rôle de l’assistant social au sein d’une équipe SOS enfants n’est pas toujours défini. Son intervention est tellement variée qu’il est difficile de situer sa place dans le cadre d’une prise en charge de maltraitance.

Suite à une formation proposée aux jeunes travailleurs des équipes SOS enfants, nous avons pu échanger sur la place de l’assistant social au sein de ces équipes. Il intervient à toutes les étapes de la prise en charge autour de la maltraitance d’un enfant. Ce qui est frappant est que le fonctionnement de chaque service est différent et la place qu’occupe l’assistant social varie d’une équipe à l’autre.

Le fil rouge

Un assistant social dans une équipe SOS enfants est considéré comme le fil rouge d’une situation. C’est lui qui va recueillir le signalement, qui va devoir entendre la situation de maltraitance et analyser la demande afin de dire si la situation requiert une équipe SOS enfants ou si elle doit être réorientée vers un autre service. Ce premier contact est essentiel, car il est la carte de visite d’une équipe et la confiance va pouvoir s’installer. Il faut à la fois rassurer le signaleur, mais aussi réagir rapidement si la situation le nécessite. L’assistant social passe par toutes les étapes du processus en rencontrant la famille de l’enfant, ainsi que les différents intervenants qui gravitent autour de la situation. C’est aussi souvent lui qui remettra les conclusions en fin de prise en charge. Il est comme un filet, un garant de la continuité et du bon déroulement du dossier.

Le binôme = une force

Ce n’est pas le cas dans toutes les équipes, mais hormis pour le signalement et à quelques exceptions près, l’assistant social travaille toujours en binôme. Toutes les rencontres programmées avec des adultes se font avec l’assistant social et un de ses collègues. Le plus souvent, il s’agit d’un binôme avec un psychologue. C’est une force de pouvoir travailler de cette manière étant donné qu’il y a deux professionnels présents pour recueillir les propos des familles et pour les accompagner dans un processus d’aide. Etre seul face à une situation de maltraitance d’un enfant serait ingérable, les enjeux de protection sont extrêmement importants et la prise de décision serait inconfortable.

L’équipe, un atout supplémentaire

Outre le binôme, l’équipe est également là pour réfléchir à la situation. Les membres d’une équipe peuvent avoir des avis divergents sur une prise en charge. Cela permet de prendre du recul et de réfléchir autrement. L’assistant social est là pour rappeler quelle est la demande initiale, les différents services qui pourraient aider la famille et l’enfant ... Toutes les décisions sont prises en équipe et l’assistant social avec son binôme relayent aux familles et aux services extérieurs les décisions. L’équipe est aussi là pour permettre à chaque intervenant dans une situation de déposer ce qui se dit lors des rendez-vous. N’oublions pas que nous travaillons dans des situations de maltraitance d’enfant et que les propos recueillis sont souvent lourds à porter.

Au centre du réseau

L’assistant social doit non seulement rencontrer les familles, mais aussi le réseau. Soit il va remettre du lien avec le réseau existant et la famille, soit il va devoir le créer. Il doit donc avoir une connaissance très élargie des possibilités qui s’offrent sur la région de l’enfant. Il doit souvent aussi aider la famille à se situer dans le labyrinthe des services. Comprendre le secteur de l’aide à la jeunesse n’est pas évident en tant que professionnel et pour une famille c’est encore plus compliqué.

Regard sur la famille

L’assistant social et son binôme sont là pour comprendre la situation de la famille, comprendre son fonctionnement afin de pouvoir agir sur la dynamique familiale et les comportements inadéquats. L’assistant social établit le parcours de la famille, son histoire de vie afin d’y mettre du sens. Le binôme est porteur de la demande et tire la famille vers le haut. Il fera le lien entre l’intervention de l’équipe SOS enfants et les intervenants extérieurs. Pour le suivi un des membres du binôme ainsi que le psychologue de l’enfant s’en chargent. Dans le cas d’un bilan pour le SAJ ou SPJ, c’est le binôme adulte qui lira les conclusions aux parents. L’assistant social doit donc souvent être présent pour pouvoir expliquer les conclusions de l’équipe sur la situation, mais aussi quand il faut dire aux parents que leur enfant ne va pas bien.

Et l’enfant ?

L’assistant social intervient peu auprès des enfants. Il est vu seul par son psychologue. L’enfant sera vu par l’assistant social, soit quand un rendez-vous commun avec ses parents est organisé ou si l’enfant est trop petit pour avoir une psychologue individuelle. Dans certaines équipes, l’assistant social rencontre les enfants, mais cela semble rare. Pourtant, je trouve qu’il y a un travail important à faire auprès des enfants. Hormis, le fait qu’il faut les aider psychologiquement et que c’est le rôle d’un thérapeute, l’enfant peut aussi avoir une demande. Cette demande peut être une mise en autonomie, un changement d’école ou d’orientation, un espace-rencontre pour voir un membre de sa famille, des activités extra scolaires ... Selon moi, l’assistant social a un rôle à jouer dans ces démarches qui ont pour objectif d’aider le jeune et de l’accompagner dans son projet.

CD, assistante sociale

[A lire]

- Les transports en milieu hospitalier, une chasse à la solution
- Organiser la sortie de l’hôpital avant l’entrée du patient
- Communication entre le service social et lechirurgien : en évolution ?
- Gérer l’agressivité en milieu hospitalier
- Indépendant hospitalisé : quelles solutions ?
- Aider une famille monoparentale, un leurre ?
- Le placement en urgence, décision difficile à prendre !
- Le placement en maison de repos après une hospitalisation
- Distribution de la pilule du lendemain au sein du planning familial.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus