La réforme de l’Education permanente sur les rails

La réforme de l'Education permanente sur les rails

Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a approuvé ce mercredi la réforme du décret du 17 juillet 2003 relatif au soutien de l’action associative dans le champ de l’Education permanente.

Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles compte renforcer les actions associatives en matière d’Éducation permanente. Il vient d’approuver en première lecture ce mercredi la réforme du décret du 17 juillet 2003. Cette reforme est proposée par la ministre de l’Education permanente, Alda Greoli, et vise à renforcer le secteur culturel, vu comme un socle fondamental de la démocratie.

- [A lire] : Santé, bien être, éducation ? Ça coûte cher !

Un accent mis sur la valeur des actions associatives

Pour rappel, la Déclaration de politique communautaire 2014-2019 prévoyait de mener une réflexion dans le courant de la législature afin de déployer l’Education permanente en évaluant l’adéquation des politiques en place avec les besoins du secteur.

La ministre de l’Education permanente précise que « cette réforme met l’accent sur le sens et la valeur des actions d’Education permanente et la nécessité publique d’une action associative porteuse des droits humains, émancipatrice et critique, dont les apports sociétaux sont reconnus et réaffirmés par la Charte associative. »

La réforme proposée aujourd’hui s’inspire des fondements du décret du 17 juillet 2003 et lui donne, sur certains aspects, une traduction plus concrète. Elle est guidée par deux principes fondamentaux :

• le respect de la charte associative (les principes de liberté d’association et d’organisation, de liberté d’expression, de légalité, de l’égalité de traitement et de la non-discrimination) ;

• le recentrage du décret sur des dimensions qualitatives avec de nouvelles pratiques de mise en œuvre du décret et de nouveaux modes de contrôle et d’évaluation.

Elle comporte également des mesures en faveur d’une plus grande transversalité entre les axes de reconnaissance du décret pour une plus grande cohérence de l’action globale des associations.

- [A lire] : Un décret pour la Promotion de la citoyenneté et de l’interculturalité

Une adaptation aux mutations de la société

La réforme actuelle est fondée sur la dernière évaluation des politiques d’Education permanente, tel que prévu par le décret de 2003. Selon Alda Greoli, cette réforme a été menée avec efficacité, de façon constructive et avec le soutien et la participation active du secteur. La ministre précise que ce processus vise à ce que l’Education permanente puisse s’adapter aux mutations profondes que connaît notre société et poursuivre la recherche d’une démocratie renforcée, dans le champ culturel comme dans l’ensemble des politiques publiques.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus