Le gouvernement wallon veut aider les CPAS, en difficulté financière

Le gouvernement wallon veut aider les CPAS, en difficulté financière

La conjoncture difficile et particulière née de la crise sanitaire touche nombre d’acteurs. Parmi eux, la situation des CPAS inquiète singulièrement les autorités. Ces organismes venant en aide aux populations les plus défavorisées, populations fortement impactées par la crise, il convient de les soutenir afin de ne pas les voir disparaître. C’est pourquoi le député PS Christophe Collignon a souhaité poser une question au Ministre Wallon des Logements, des Pouvoir Locaux et de la Ville, Pierre-Yves Dermagne, également membre du PS.

Face à la crise sanitaire, les mesures prises par les autorités politiques pour venir en aide aux CPAS, et autres structures dans le même champ d’action, se multiplient. Il y a maintenant deux semaines, plus précisément le 24 avril, se tenait une séance publique de la commission spéciale chargée de contrôler l’action du Gouvernement wallon dans le cadre de la crise sanitaire du Covid-19.

A cette occasion, le député issu du Parti Socialiste, Christophe Collignon, a posé une question au Ministre des Logements, des Pouvoir Locaux et de la Ville, Pierre-Yves Dermagne. Celle-ci concernait « l’impact de la crise du Covid-19 sur la situation des CPAS » comme indiqué sur l’ordre du jour. Plus tôt dans la semaine, le Gouvernement avait déjà annoncé l’octroi d’un financement complémentaire de 5 millions d’euros pour les structures wallonnes.

Le député, anciennement président de CPAS s’est donc enquis, concernant les demandes de financement des CPAS : « Monsieur le Ministre. Je vais simplement me contenter de vous demander si vous avez déjà eu un contact avec la Fédération des CPAS pour savoir s’il y a déjà un afflux. Peut-être attirer l’attention sur le fait que ce seront moins des demandes « classiques » plutôt des demandes d’aide sociale d’indépendant où les choses sont plus difficiles à établir. »

Christophe Collignon a également cherché à savoir quel rôle jouerait le fédéral dans cette question. « Peut-être aussi vous demander si vous avez une quelconque information émanant du Fédéral puisque vous avez la tutelle partielle sur les CPAS, mais que la loi de 1976 réserve les choses également au niveau du Fédéral. Le Fédéral a-t-il également envisagé ou envisage-t-il, selon vos informations, d’apporter une quelconque aide à nos CPAS ? »

« Plus de 56% des CPAS ont adopté un budget en déficit »

Le Ministre Dermagne a donc évidemment tenu à répondre à ces interrogations. Il l’a fait en rappelant d’abord la situation des CPAS : « plus de 56 % des CPAS ont adopté un budget qui est en déficit à l’exercice propre du service ordinaire ». Lorsqu’on sait que ces chiffres n’intègrent pas l’impact de la crise sanitaire, ils sont d’autant plus préoccupants.

C’est pourquoi « la task force Budget et Finances, le SPW-Intérieur et Action sociale collabore avec la Fédération des CPAS afin d’estimer l’impact de la crise COVID sur les finances des CPAS » comme l’indique Pierre-Yves Dermagne. Cette situation budgétaire inquiétante est l’une des raisons qui ont poussées le Gouvernement wallon à mettre en place ce financement complémentaire à hauteur de 5 millions d’euros.

Dermagne continue sur ces chiffres : « On espère qu’ils seront suffisants, mais on ne le sait pas encore pour l’instant. Cela fera l’objet d’une analyse et d’un monitoring constant pour voir comment les CPAS sont et seront sollicités ».

Quant au fédéral, des contacts ont lieu avec la Fédération des CPAS, afin de monitorer l’impact de la crise sanitaire. Sur le terrain, les autorités constatent « une hausse de plus de 10 % des demandes d’aide sociale (…) que nos CPAS devront gérer dans les prochains jours et les prochaines semaines. » Ce qui explique également la décision d’octroyer cinq millions supplémentaires aux CPAS. Le ministre se félicite que « ce canal de financement permettra donc de soutenir financièrement les centres qui viennent en aide aux populations les plus en difficulté ». Il faut espérer que cela sera suffisant.

[Sur le même sujet] :
- A côté de la 1ère ligne de soins, la 1ère ligne sociale : les CPAS
- Covid-19 : travailleurs sociaux, entre envie de servir et inquiétude
- Coronavirus : travailleur social en télétravail ?



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus