Le plan Grand froid, pour lutter contre le sans-abrisme

Le plan Grand froid, pour lutter contre le sans-abrisme

Alors que le secteur connait quelques déboires depuis plusieurs mois, suite à l’actualité du Samusocial, l’aide aux sans-abris s’organise en Wallonie notamment à Tournai.

Le secteur du sans-abrisme n’est pas dans une posture idéale, depuis quelques mois. En cause : les révélations faites sur la gestion du Samusocial à Bruxelles, et les rémunérations exorbitantes touchées par ses administrateurs. Cependant, l’hiver arrivant, le secteur ne peut se permettre un quelconque laisser aller. En Wallonie, l’aide s’organise déjà, notamment à Tournai, avec la mise sur pied du plan Grand froid, dès ce 1er novembre.

Une quarantaine de places

Lancé par l’ASBL Auxiliis, le plan Grand froid vise à donner aux personnes qui en ont besoin un endroit où dormir. Le lancement du plan est prévu pour ce 1er novembre dans les grandes villes wallonnes. A Tournai, c’est une première. L’abri de nuit est ouvert toute l’année et prévoit un renforcement des aides aux sans-abris et aux personnes en détresse sociale aigüe en hiver.

Une équipe de professionnels

L’abri de nuit propose aux bénéficiaires douches, de la nourriture, un lit et le petit déjeuner le lendemain. Une équipe d’éducateurs est également présente sur les lieux pour venir en aides aux personnes qui en ont besoin. « Quand ils comment à avoir confiance en nous, ils nous racontent leur vécu. Nous les écoutons, nous les accompagnons, et nous les dirigeons vers les organismes qui peuvent les aider. C’est très important de les écouter », expliquent deux éducateurs à la RTBF.

Et à Bruxelles ?

Suite à l’affaire tristement célèbre du Samusocial, la ministre en charge de l’Aide aux personnes à la Cocof, Céline Frémault, a dû très rapidement reprendre les rênes en mains. Elle a confirmé que le plan hivernal 2017-2018 était bien sur les rails et serait opérationnel, comme prévu, du 15 novembre au 31 mars. La gestion interne de la structure, les contrôles des sommes accordées par les pouvoirs publics, etc. sont encore matières à discussion.

La rédaction



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.