Le PS veut recruter plus de personnes handicapées dans l’administration

Le PS veut recruter plus de personnes handicapées dans l'administration

L’inclusion professionnelle des personnes handicapées est préoccupante à l’heure actuelle en Belgique. Plusieurs initiatives ont été mises sur pieds, mais le taux d’emploi est plus bas que la moyenne européenne. La députée wallonne, Eliane Tillieux, propose de nouvelles solutions.

La question de l’inclusion professionnelle est particulièrement importante pour les personnes en situation de handicap. En Belgique, plusieurs initiatives ont été lancées, mais le taux d’emploi de ces personnes reste toujours en dessous de la moyenne européenne. La députée wallonne, Eliane Tillieux (PS), a proposé un décret qui prévoit une proportion d’au moins 3 % de personnes handicapées parmi le personnel de l’administration régionale. Ce décret sera débattu la semaine prochaine en commission.

- [A lire] : Plus de travailleurs handicapés dans les CPAS

Un quota d’au moins 3 % parmi le personnel

Eliane Tillieux, députée wallonne et ex-ministre de l’Action sociale, a avancé cette semaine une proposition de décret sur l’inclusion professionnelle des personnes handicapées. Elle a fixé un nouveau quota d’au moins 3 % parmi le personnel d’administrations wallonnes.

"Le taux d’emploi des personnes handicapées n’est que de 40 % dans notre pays. La moyenne européenne est de 47 %. On n’est clairement pas bon ! Or, on devrait montrer l’exemple", déclare la députée pour La Dernière Heure. Cette proposition de décret sera débattue la semaine prochaine en commission.

- [A lire] : Un appel à projet pour améliorer le cadre de vie des personnes en situation de handicap

La Wallonie, mauvaise élève dans la matière

Dans le cas où, cette proposition serait adoptée, les administrations wallonnes seront obligées d’engager un minimum de 3 % de personnel porteur d’un handicap. Il s’agit ici des organismes comme le Service Public de Wallonie, les intercommunales, les provinces, les communes, les CPAS et également les administrations publiques comme les Tec ou la Société Wallonne Des Eaux.

Actuellement, au niveau fédéral, ce quota est déjà atteint, alors qu’en Wallonie il n’est qu’à 2,5 %. Pour Eliane Tillieux, le handicap n’exclut pas l’emploi : " Certains pensent que le handicap et l’emploi sont deux termes incompatibles. Ils ont tort. ", affirme-t-elle. De plus, la députée cite comme mauvaises élèves dans la matière plusieurs administrations locales : " Globalement, le taux actuel de 2,5 % est respecté. 43 CPAS ne l’atteignent pas, dont celui de Namur, mais aussi 54 villes et communes. Au niveau du SPW, ils sont au-dessus des objectifs actuels avec un taux de 2,64 %. "

- [A lire] : Handipreneurs ou l’entreprenariat pour les personnes handicapées

Des sanctions, en cas de non-respect

Afin de garantir le respect de cette mesure dans chaque institution, ce décret prévoit plusieurs sanctions. " On respecterait une personne de transition, pour laisser le temps de se mettre en ordre. Mais dès 2021, ceux qui ne seront pas en ordre seront sanctionnés financièrement ou via le refus de certains subsides ", énonce la députée wallonne pour la DH.

De plus, elle propose aux employeurs d’insérer dans la procédure de recrutement un volet handicap et d’encourager la discrimination positive : " Les recruteurs n’ont pas toujours suffisamment à l’œil la problématique du handicap. D’autant que de nombreuses personnes n’apprécient pas de se déclarer comme handicapées lors d’un entretien. Il faudra insérer un volet handicap dans la procédure de recrutement. Pour qu’à résultat égal, on donne la préférence à la personne handicapée, dans une logique de discrimination positive. "

La rédaction



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus