Les Blouses Blanches exigent un plan d’actions : manifestation lundi !

Les Blouses Blanches exigent un plan d'actions: manifestation lundi !

Depuis le début du mois de juin, le personnel de Santé se mobilise tous les mardis pour mettre en lumière le ras-le-bol et dénoncer la pression et les mauvaises conditions de travail. Ces mouvements ont deux cibles : les autorités politiques et les fédérations d’employeurs du secteur. Ce 9 septembre se tiendra la réunion de la Commission paritaire des soins de Santé. A cette occasion, des travailleurs manifesteront pour réclamer un plan d’actions dans le secteur !


- [A lire] : Mardi des blouses blanches : le cri noir du service hospitalier

Dans les hôpitaux, les maisons de repos, les soins à domicile, la santé mentale, etc., les nombreux métiers de la Santé envoient un message clair aux fédérations d’employeurs et au monde politique. « Les conditions de travail ne sont plus tenables ! Les professions de santé ne sont plus attractives ! On se dirige droit dans le mur ! Il y a urgence », dénoncent les Blouses Blanches.

Au niveau politique, les négociations gouvernementales aux différents niveaux de pouvoir ne semblent pas avoir pris la mesure du mal-être du secteur, et les conséquences immenses sur la Santé publique pour l’avenir ! « Du côté des fédérations patronales, l’hypocrisie franche est révoltante », s’insurge la CNE. « A la fois, un discours de soutien du personnel quand il s’agit d’aller chercher un financement supplémentaire auprès du politique, mais en même temps un blocage total des négociations qui doivent concrétiser les (maigres) avantages prévus dans l’Accord social Non-Marchand signé en octobre 2017 ! » Le syndicat rappelle ainsi que des mesures telles que 3 week-ends d’affilée de congé pendant les vacances annuelles, des jours de formation, des horaires et des contrats plus stables… restent en panne depuis de nombreux mois.

- [A lire] : "Je suis infirmière. Depuis 4 ans. Et aujourd’hui, j’ai plus envie"

« Etes-vous prêts à signer les 3 CCT ? »

La CNE poursuit : « Bien plus, en ce qui concerne la mise en place de la nouvelle classification de fonctions, les fédérations d’employeurs, couvertes par le lobby des hôpitaux universitaires flamands très bien implantés dans le cabinet De Block, utilisent le financement prévu pour le personnel pour refinancer les avantages internes actuellement financés sur les rétrocessions des honoraires médicaux. Et refusent évidemment toute transparence sur les flux financiers ! En gros, on prend l’argent des travailleurs pour refinancer les hôpitaux ou pour le rendre aux médecins. »

Lors de la Commission paritaire de ce lundi 9 septembre, après 3 mois d’immobilisme, le front commun attend des réponses claires des fédérations d’employeurs. Leurs questions ? Etes-vous prêts à signer les 3 CCT négociées depuis des mois ? Vous engagez-vous à finaliser rapidement les négociations sur toutes les autres CCT d’exécution de l’Accord social Non-Marchand d’octobre 2017 ? Etes-vous prêts à faire toute la transparence sur le financement de la classification ?

Pour enfoncer le clou, des militants du secteur accueilleront les représentants patronaux devant le SPF Emploi Rue Blérot à Bruxelles dès 9H15 ce lundi. Ce sont ces questions qu’ils leur poseront. Faute de réponse satisfaisante, le Front commun entamera dès le mardi 10, un nouveau plan d’actions dans le secteur.

- [A lire] : Blues des blouses blanches : une vidéo fait le buzz sur internet !



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus