Les salles de shoot bientôt légales à Bruxelles !

Les salles de shoot bientôt légales à Bruxelles!

Ouvrir une salle de consommation à moindre risque sera bientôt autorisé à Bruxelles. Un décret va être adopté par la Cocof afin de légaliser ces salles de shoot. Portée par le député Julien Uyttendaele, la proposition a été cosignée par la majorité bruxelloise.

Le décret devrait être approuvé dans les prochaines semaines. Les objectifs principaux sont de limiter les risques liés à la consommation de drogues et de faire de la prévention «  Quand on sait qu’un seul traitement Hépatite C coûte 70.000 euros et qu’un usager sur deux en souffre, l’ouverture de ces salles permettra de réduire sensiblement le coût pour la collectivité publique de ces prises en charge, tout en offrant un peu de dignité à ces "oubliés de la rue" et sans les précariser plus encore  », explique le député sur son compte Facebook. Dans ces lieux, les usagers pourront à la fois accéder à du matériel stérile, dans un endroit sanitairement irréprochable, et bénéficier d’un suivi psycho-social.

- [A lire] : Commission de l’ONU en matière de drogues : la Belgique dépassée ?

Un décret en contradiction avec la loi belge

«  C’est un pas de géant que nous faisons dans ce domaine et, in fine, ce sont des vies qui pourront être sauvées  », se réjouit Julien Uyttendaele. Toutes les études le montrent, la création d’une salle de shoot permet une diminution des nuisances sociales dans les villes et des risques liés à la consommation de drogue, comme les overdoses mortelles ou la contamination à l’hépatite C ou au VIH. Or, au vu de la loi de 1921, elles facilitent à autrui l’usage de la drogue. Le décret, en légalisant les salles de consommation à moindre risque, entrera donc en contradiction avec la juridiction belge.

- [A lire] : L’ouverture d’une salle de shoot à Bruxelles : quels sont les risques légaux ?

Avec cette proposition de décret, l’ouverture d’une salle de consommation à moindre risque à Bruxelles se rapproche encore un peu. Elle prendrait sûrement place dans le quartier Nord de la Capitale. En parallèle d’un lieu fixe, Julien Uyttendaele espère voir apparaître un réseau de services ambulatoires spécialisés.

Vous souhaitez nous communiquer une idée de sujet pour un futur article ? Vous désirez exprimer votre opinion sur un fait d’actualité, une réforme ou dénoncer une situation ? Lecteurs, travailleurs du secteur psycho-médico-social, contactez immédiatement le Guide Social via l’adresse redaction@guidesocial.be.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus