Mutilations génitales : "Les ASBL pallient les insuffisances de l’État"

Mutilations génitales:

À l’occasion de la Journée internationale de tolérance zéro à l’égard des mutilations génitales féminines (MGF), le 6 février, le GAMS Belgique rappelle au gouvernement belge son obligation de respecter les droits humains, notamment à travers la prise de mesures pour le soutien des femmes concernées en situation précaire.

Qu’elles soient déboutées de l’asile, venues par regroupement familial et aient perdu leur droit au séjour en quittant un mari violent, qu’elles soient transmigrantes essayant de rejoindre le Royaume-Uni, ou encore en procédure Dublin sans droit à l’aide matérielle, … Ce sont autant de trajectoires de vie qui conduisent à la précarité, avec des difficultés pour répondre aux besoins les plus fondamentaux : logement, nourriture, soins médicaux…

Les femmes en situation de grande précarité sont confrontées à différents types de violences de genre. Leur statut ne permet presque pas de prévenir ces violences ou d’obtenir un soutien adéquat. Parmi ces femmes, plusieurs ont subi une mutilation génitale féminine et n’ont pas accès aux soins appropriés.

Ce qu’il faut ? Une réponse structurelle à ce besoin criant. Le GAMS Belgique demande des hébergements pour femmes ayant vécu des violences sans conditionnalité de statut, et un accès gratuit aux services de soutien spécialisés.

C’est le GAMS qui paie...

« Les femmes excisées en grande précarité n’ont même pas les moyens de s’acheter un ticket de bus pour venir dans nos bureaux. Nous avons donc décidé d’aller à leur rencontre. Nous assurons une permanence au hub humanitaire à Bruxelles et organisons des maraudes régulières en duo (une assistante sociale et une animatrice communautaire). Nous allons développer la même approche à Liège. Nous avons développé des vidéos dans la langue des femmes pour les informer de leurs droits », déclare Fabienne Richard, directrice du GAMS Belgique et sage-femme référente MGF.

Actuellement, si une femme à la rue a besoin d’une visite médicale spécialisée à CeMAViE (centre médical d’aide aux victimes de l’excision) du CHU St Pierre, c’est le GAMS Belgique qui paye sa consultation. « Les ASBL se retrouvent à pallier les insuffisances de l’État, » déplore Fabienne Richard, « alors que ce sont des droits humains les plus élémentaires qui sont bafoués. »

Crédit photo : Bea Uhart Photography



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus