Petite enfance : la crise sanitaire n'a pas stoppé la réforme MILAC

Petite enfance: la crise sanitaire n'a pas stoppé la réforme MILAC

En décembre dernier, le Gouvernement de la Communauté française adoptait un arrêté postposant l’entrée en vigueur de quelques dispositions de la réforme des milieux d’accueil de la petite enfance. Le but : mener une concertation avec les différents acteurs du secteur. Qu’en est-il de ce projet en cette période troublée de Covid-19 ? Cette crise sanitaire a-t-elle été fatale à ce vaste chantier ? « Non », répond la ministre Bénédicte Linard. Elle annonce qu’elle proposera prochainement un projet d’arrêté visant à approuver des aménagements.

La vaste réforme des milieux d’accueil de la petite enfance, connue aussi sur le diminutif de MILAC, ne sera pas un dommage collatéral de la pandémie qui frappe actuellement notre pays. Voici en substance le message diffusé par Bénédicte Linard, ministre de l’Enfance, ce mardi 12 mai, en commission du parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Selon la mandataire politique, elle déposera prochainement sur la table du Gouvernement un projet d’arrêté visant à approuver plusieurs aménagements de ce vaste chantier, orchestré par l’ONE. Ces propositions de modifications seront l’aboutissement du travail de consultation mené ces derniers mois avec les différents opérateurs du secteur de la petite enfance.

Des réunions qui ont porté leurs fruits

Pour rappel, face aux inquiétudes exprimées par de nombreux acteurs de terrain, le Gouvernement de la Communauté française adoptait en décembre dernier un arrêté postposant l’entrée en vigueur de quelques dispositions de la réforme des milieux d’accueil de la petite enfance. Ce temps ainsi dégagé avait pour objectif d’ouvrir une période de concertation autour de divers points de la réforme des MILAC. « Pour organiser au mieux les débats, nous les avons structurés en quatre grands chantiers : les conditions d’autorisation, les conditions de subventionnement, les formations initiales, la situation des milieux atypiques existants et le niveau d’accessibilité renforcé. Pour chacun des chantiers, nous avons composé des groupes rassemblant, outre les représentants de l’Office de la naissance et de l’enfance (ONE) et du gouvernement, les acteurs spécifiquement concernés par chaque thématique », a rappellé Bénédicte Linard, en réponse à une interpellation de la députée Delphine Chabbert.

Selon la ministre de l’Enfance, ces groupes de travail ont effectué une première réunion en février. Une autre rencontre s’est ensuite tenue au début du mois de mars, avec à l’ordre du jour les mesures touchant les conditions d’autorisation, les conditions de subventionnement ainsi que les milieux atypiques. « Seule la seconde rencontre du chantier consacré aux formations initiales a dû être annulée en raison du confinement », a-t-elle dévoilé avant de se réjouir : « La participation à chacune des réunions a été massive : fédérations, syndicats, représentants des usagers, experts et réseaux d’enseignement et de formation ont répondu présents, presque à l’unanimité. Je n’oublie pas l’ONE, avec laquelle nous avons travaillé étroitement à la préparation et à l’analyse des travaux. Les discussions ont été riches, denses et constructives. »

Des réponses concrètes aux milieux atypiques

Grâce à ces discussions menées avec les différentes forces vives de la petite enfance, la ministre a soumis le 10 mars dernier, au secteur, des propositions d’aménagements concernant les conditions d’autorisation, les conditions de subventionnement et les milieux atypiques. « Les deux mois qui se sont écoulés depuis la rencontre ont été entièrement consacrés à la gestion de la crise. Toutefois, les fruits des travaux menés jusqu’ici me permettront prochainement de mettre à l’ordre du jour du gouvernement un projet d’arrêté visant à approuver plusieurs aménagements de la réforme coconstruits dans le cadre des chantiers », a-t-elle assuré. Et de rajouter : « Le projet d’arrêté qui sera prochainement examiné par le gouvernement apportera des réponses concrètes en vue du maintien et de la pérennisation des milieux atypiques. »

Devant la commission, elle a également annoncé que les travaux relatifs à la réforme MILAC vont se poursuivre, avec notamment l’organisation prochaine d’une nouvelle réunion du chantier relatif aux formations initiales.

E.V.

[Sur le même sujet] :
- Réforme accueil de la petite enfance : le point sur les polémiques
- Tout savoir sur la réforme de l’accueil de la petite enfance
- Réforme accueil de la petite enfance : la CNE lance une pétition



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus