Premier jour de déconfinement et dernières mesures pour les ASBL

Premier jour de déconfinement et dernières mesures pour les ASBL

La première phase de sortie du confinement est officiellement lancée. L’occasion de faire le point sur ce qui change pour les ASBL et les dernières mesures de soutien mises en place pour le secteur. [Un article de monasbl.be]

Semaine 7. Ce lundi 4 mai, la Belgique entre dans la phase 1A du déconfinement. En effet, jeudi dernier, la Première ministre confirmait que les indicateurs étaient tous au vert pour pouvoir enclencher le processus. Concrètement, qu’est-ce que cela change pour le secteur associatif ? Parallèlement, quelles sont les dernières mesures qui ont été mises en place pour les ASBL ?

Déconfinement : phase 1A

Ce jeudi 30 avril, un arrêté ministériel a été publié au Moniteur belge précisant les mesures de cette première phase de déconfinement.

Les activités concernées

- Certains commerces et magasins peuvent rouvrir.

C’est le cas notamment :

- des magasins d’alimentation, y compris les magasins de nuit (jusqu’à 22h) ;
- des magasins d’alimentation pour animaux ;
- des marchands de journaux ;
- des magasins de télécommunications, à l’exclusion des magasins qui ne vendent que des accessoires, mais uniquement pour les urgences, en ne recevant qu’un seul client à la fois, et ce, sur rendez-vous ;
- des magasins de dispositifs médicaux, mais uniquement pour les urgences, en ne recevant qu’un seul client à la fois, et ce, sur rendez-vous ;
- des magasins d’assortiment général de bricolage qui vendent principalement des outils et/ou des matériaux de construction ;
- des jardineries et pépinières qui vendent principalement des plantes et/ou des arbres ;
- des commerces de détail spécialisés qui vendent des tissus d’habillement ;
- des commerces de détail spécialisés qui vendent des fils à tricoter et des articles de mercerie ;
- des magasins en gros destinés aux professionnels, mais uniquement au bénéfice de ces derniers.

Les activités culturelles, sportives, récréatives…

Les établissements relevant des secteurs culturel, festif, récréatif, sportif et horeca sont fermés. La livraison des repas et les repas à emporter sont autorisés.

… et le sport sans contact physique et en plein air.

À noter toutefois que les infrastructures nécessaires à l’exercice des activités physiques en plein air n’impliquant pas de contacts physiques, à l’exclusion des vestiaires, douches et cafétérias peuvent ouvrir.

Le télétravail

Le télétravail à domicile est recommandé pour toutes les activités non essentielles, pour tous les membres du personnel dont la fonction s’y prête.

Si le télétravail à domicile n’est pas appliqué, les ASBL prennent les mesures nécessaires pour garantir le respect maximal des règles de distanciation sociale, en particulier le maintien d’une distance d’1,5 mètre entre chaque personne. Cette règle est également d’application pour les transports organisés par l’employeur.

Les mesures de prévention

Les ASBL doivent adopter en temps utile des mesures de prévention appropriées. C’est-à-dire des prescriptions de sécurité et de santé de nature matérielle, technique et/ou organisationnelle comme celles indiquées dans le guide générique en vue de lutter contre la propagation du COVID-19 au travail.

Ces mesures seront complétées par des directives au niveau sectoriel et/ou de l’entreprise ou de l’ASBL, et/ou d’autres mesures appropriées qui offrent un niveau de protection au moins équivalent. Les mesures collectives ont toujours la priorité sur les mesures individuelles.

Qui met en place ces mesures ? Elles sont élaborées au niveau de l’ASBL et adoptées dans le respect des règles de concertation sociale au sein de l’ASBL, ou à défaut, en concertation avec les travailleurs concernés et en concertation avec les services de prévention et de protection au travail. Les travailleurs doivent être correctement formés et les tiers correctement informés.

Les secteurs cruciaux et services essentiels

Les secteurs cruciaux et les employeurs qui appartiennent à ceux-ci ou aux services essentiels et qui n’ont pas interrompu leurs activités et qui ont déjà pris eux-mêmes les mesures de sécurité nécessaires, peuvent utiliser le guide générique visé à l’article 2 comme source d’inspiration.

Les masques

Le port d’un masque ou de toute autre alternative en tissu permettant de se couvrir la bouche et le nez est autorisé à des fins sanitaires dans les lieux accessibles au public. Il est recommandé pour toute situation où les règles de distanciation sociale ne peuvent être respectées afin d’éviter la poursuite de la propagation du virus et obligatoire dans les transports publics.

Les dernières mesures

Distribution de masques

La Wallonie a annoncé que des masques seront distribués à la population via les communes. Une enveloppe de 7,3 millions d’euros a été dégagée à destination de l’ensemble des villes et communes wallonnes, pour financer l’achat de masques de protection normés, à concurrence d’un masque par habitant et d’un montant forfaitaire de 2 euros par habitant.

La Région bruxelloise a initié la mise sur pied d’une ligne de production de masques anti-projection. Une chaîne de production collaborative et une structure agile ont été coordonnées par EcoRes et TRAVIE. Des kits de masques prédécoupés par TRAVIE ont été livrés à vélo par Urbike, et cousu par un réseau de bénévoles préqualifiés.

Les assemblées générales


... Lire la suite de l’article sur le site de monasbl.be

[Sur le même sujet] :
- Covid-19 : premiers bilans et dernières mesures pour les ASBL
- Coronavirus : le monde marchand privilégié face aux ASBL
- "J’ai dû licencier mon apprenti et me mettre au chômage"
- ASBL et coronavirus : transformer la crise en opportunité
- Toutes les ASBL ne seront pas fournies en masques
- Covid-19 : les initiatives des associations italiennes



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus