Quatrième mardi des blouses blanches ce 25 juin : appel à témoignages

Quatrième mardi des blouses blanches ce 25 juin: appel à témoignages

Depuis le début du mois de juin, le personnel de santé se mobilise tous les mardis pour mettre en lumière le ras-le-bol et dénoncer la pression et les mauvaises conditions de travail. Pour ce dernier mardi de juin, la CNE lance un appel à témoignages. L’occasion pour le personnel de la santé d’exprimer ses revendications !

[DOSSIER]
- Lettre ouverte aux blouses blanches
- "Les politiciens doivent nous écouter" (VIDEO)

« La CNE, en organisant les mardis des blouses blanches, a permis au personnel de trouver des modes d’expression créatifs et variés », pointe le syndicat.

Dans les hôpitaux, les maisons de repos, les soins à domicile, la santé mentale, etc., les nombreux métiers de la santé envoient un message clair aux fédérations d’employeurs et au monde politique : « Les conditions de travail ne sont plus tenables ! Les professions de santé ne sont plus attractives ! On se dirige droit dans le mur ! Il y a urgence. »

Sur le terrain, les initiatives de convergences se multiplient, aussi bien dans le secteur public que le secteur non marchand. Le Front commun syndical annonce dès à présent une rentrée « chaud boulette ». Dès la fin août, le front commun définira un plan d’actions à soumettre aux différentes instances. Le point d’orgue de ce plan sera sans aucun doute le 25 octobre, 2ième anniversaire de la signature de l’Accord social Non Marchand, pour lequel quasi aucune convention d’exécution n’a été signée par les fédérations d’employeurs.

Pour ce dernier mardi de juin, la CNE veut permettre à chaque membre du personnel d’exprimer plus clairement ses demandes. Dans de nombreuses institutions, la CNE va installer des urnes, permettant à chaque travailleur d’inscrire les principaux problèmes rencontrés et les revendications principales à porter, aussi bien vers les gouvernements que vers les employeurs.

[A lire] :
- Mardi des blouses blanches : le cri noir du service hospitalier
- Deuxième journée des blouses blanches : lutter contre le fatalisme
- Grogne dans les maisons de repos : le calvaire des aides-soignants
- "Je suis infirmière. Depuis 4 ans. Et aujourd’hui, j’ai plus envie"



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus