Un logement pour tous grâce aux AIS

Un logement pour tous grâce aux AIS

Les agences immobilières sociales (AIS) fêtent leurs 20 ans d’existence cette année. Une conférence de presse s’est ainsi tenue en présence de Céline Fremault, la ministre bruxelloise du Logement, pour faire le point sur un secteur en pleine expansion, qui doit constamment s’améliorer.

A Bruxelles, tandis que la construction de logements sociaux, promise par les nombreux Plans des gouvernements successifs, se fait attendre, les agences immobilières sociales (AIS) se développent à vitesse grand V. Après 20 ans d’existence, le nombre de logements gérés par des agences sociales a été presque multiplié par 10, grâce aux nombreuses initiatives et à l’aide de la Région. A l’occasion d’une conférence d’anniversaire mardi 24 avril, la ministre bruxelloise du Logement Céline Fremault a salué leur action, et abordé des pistes d’amélioration pour le futur.

Quelles améliorations pour les AIS ?

Lors de la conférence d’anniversaire qui s’est tenue le 24 avril, Céline Fremault a salué l’action des AIS. Selon la ministre, "Les AIS constituent une réponse toute prête et durable au problème du logement pour les personnes à revenus modestes", rapporte Le Soir. Elle a aussi soulevé l’importance de leur action en matière de mixité sociale. Céline Fremault s’est ensuite félicitée des actions de la Région pour les aider dans leur travail. Elle a rappelé notamment des mesures comme la TVA à 12%, ou encore la majoration des loyers dans certaines zones où la différence entre le loyer du marché et celui demandé par les AIS est très importante. L’objectif est donc à l’avenir d’inciter les propriétaires à confier leurs biens à une agence immobilière sociale. La ministre bruxelloise du logement a aussi annoncé qu’une évaluation du système serait faite afin de le perfectionner. Un colloque se tiendra le 9 mai dans cet objectif.

En effet, certains problèmes restent à résoudre. Les représentantes de la Fedais, la fédération des AIS, ont notamment cité les délais de traitement des dossiers par l’administration, trop longs pour les propriétaires. Les logements dans ces agences sont aussi souvent trop étroits pour héberger des familles nombreuses, les biens étant en grande majorité des appartements de 2 chambres maximum.

- [A lire] : Logement public : petite histoire de la déresponsabilisation

Un secteur en pleine croissance

En 20 ans, le nombre de logements proposés par les 23 AIS bruxelloises est passé de 500 à 4.800, et augmente chaque année de 250 à 300 unités. Les logements accueillent plus de 10.000 locataires, dont seulement 1/4 ont des revenus réguliers. Aujourd’hui, elles sont aussi à l’origine de projets pour un plus large public, pour créer des habitats intergénérationnels ou des logements inclusifs, pour les personnes en situation de handicap.

Un système avantageux

Les AIS sont des agences immobilières particulières qui assurent la gestion de la location des biens des propriétaires, l’entretien de celui-ci et le paiement du loyer. En passant par une AIS, les propriétaires sont aussi exonérés du précompte immobilier. En échange, ils acceptent de louer leur bien à un prix inférieur à celui du marché, afin d’en faire bénéficier des foyers en difficulté financière. Les AIS fournissent aussi un accompagnement social aux locataires qui en éprouvent le besoin. Cela peut passer notamment par un suivi des consommations, qui permet de prévenir la précarité énergétique.

- [A lire] : Quid des fonds pour lutter contre la précarité énergétique ?

La rédaction



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.