Une cellule "violences conjugales" dans chaque CPAS

Une cellule

Les CPAS ne sont pas épargnés par la problématique des violences conjugales. Les travailleurs sociaux doivent donc être soutenus dans la détection mais aussi l’orientation des victimes. Pour se faire, la ministre de l’Action sociale et de l’Egalité des chances, Alda Greoli, souhaite implanter des cellules violences dans tous les CPAS wallons.

« La violence entre partenaires se retrouve dans toutes les couches de la société, indépendamment de l’âge, de l’origine ethnique, de la religion, de l’orientation sexuelle, du niveau d’études ou du niveau socio-économique, note Alda Greoli dans un communiqué. Cependant, l’accumulation de facteurs de stress dans les milieux défavorisés peut augmenter la difficulté à se soustraire au climat de violence. »

Nos CPAS ont donc un rôle essentiel à jouer dans l’éradication de ce fléau. Voilà pourquoi la ministre a transmis à l’ensemble des centres publics d’action sociale du sud du pays une circulaire visant à mettre en place une « cellule violence entre partenaires » ou à désigner une personne de référence « violence entre partenaires » en leur sein.

« Les travailleuses et travailleurs sociaux des CPAS étant régulièrement en contact avec des personnes confrontées aux violences conjugales, il apparaît nécessaire de pouvoir détecter et correctement orienter les personnes victimes », pointe la ministre.

Former les travailleurs

Pour mener à bien ce projet, Alda Greoli estime qu’il est indispensable de former correctement le personnel des CPAS. « Des formations gratuites d’un jour sur les violences entre partenaires sont données, grâce au soutien de la Wallonie, par les Pôles de ressources spécialisées en violences conjugales et intrafamiliales », rappelle-t-elle. Besoin d’informations complémentaires sur ces formations ? Rendez-vous sur le site www.ecouteviolencesconjugales.be.

Rajoutons finalement que tout travailleur de première ligne peut se tourner vers le 0800/30.030, un numéro de téléphone gratuit et anonyme, afin d’obtenir des renseignements au sujet des violences conjugales.

E.V.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus