Se former aux métiers d'infirmier ou d'aide-soignant : "Le secteur des soins offre tellement de possibilités"

Se former aux métiers d'infirmier ou d'aide-soignant :

Alors que les offres d’emploi dans les soins de santé explosent, le secteur fait face à une grande pénurie de soignants. À cet effet, le Fonds Intersectoriel des services de Santé propose des formations rémunérées pour devenir infirmier ou aide-soignant via son projet #choisislessoins.

[DOSSIER]
- Les trentenaires de plus en plus séduits par le secteur des soins
- Le choix de la réorientation professionnelle

Le FINSS espère recruter plus d’infirmiers et d’aides-soignants en offrant la possibilité aux travailleurs des autres secteurs de suivre une formation rémunérée tout en garantissant un emploi à la clef. Le point avec Christine Van Dam, la responsable de projet.

‘’Le projet s’adresse à tous les travailleurs intéressés par les soins’’

MonASBL.be  : Pouvez-vous nous présenter le projet #choisislessoins  ?

Christine Van Dam  : C’est un nouveau projet lancé le 11 janvier à l’initiative du Fonds Intersectoriel des Services de Santé. On existe depuis 20 ans. En 2000, on a commencé avec des projets en art infirmier, pour ensuite petit à petit en élaborer des nouveaux. Cette année, c’est le projet #choisislessoins. Il s’adresse aux travailleurs qui ne font pas encore partie de la commission paritaire 330, mais qui sont intéressés par une seconde carrière en tant qu’aide-soignant ou infirmier.

- Lire aussi : “Il y a 5.000 postes à pourvoir” : la pénurie des métiers infirmiers s’aggrave

‘’ La situation est assez précaire dans toute la Belgique’’

MonASBL.be  : La situation des métiers d’infirmier et d’aide-soignant est compliqué sur le marché de l’emploi en Belgique...

Christine Van Dam  : La situation est assez précaire dans toute la Belgique. En Wallonie, ça va encore pour les aides-soignants… mais il y a trop peu d’infirmiers. À Bruxelles et en Flandre, il manque les deux professions. Et la situation est d’autant plus rude avec le Covid, des soignants tombent malades…

- Lire aussi : Pénurie, désertion des blouses blanches : quelles solutions ?

MonASBL.be  : Les professions de la santé souffrent d’une image pas très attractive. Comment faites-vous pour dépasser cette image et attirer des étudiants ?

Christine Van Dam : On donne aux gens l’occasion de suivre une formation rémunérée. On ne peut que les attirer via de chouettes projets, car on n’a pas tous les atouts à disposition. On essaie également d’informer les gens sur les métiers d’infirmier et d’aide-soignant via nos sites internet, par exemple quand il y a un nouveau projet…

D’autres organismes doivent donner une image positive de ces métiers, comme les cabinets de ministres. En Flandre, il y a une personne dans le cabinet des soins de santé qui dédie tout son temps à créer du contenu sur les soins. C’est son travail de trouver les atouts pour attirer les gens vers notamment les métiers d’aide-soignant et d’infirmier… Cette fonction-là manque en Wallonie…

- Lire aussi : De 3 à 4 ans pour les études d’infirmier, quel impact ?

‘’ On offre un salaire sans devoir travailler. Je pense que c’est un beau cadeau…’’

MonASBL.be  : Parlez-nous des avantages et des inconvénients du programme...

Christine Van Dam   : Le seul inconvénient est qu’il faut réussir du premier coup. Pour certains, ça peut faire peur, car d’un côté on lâche un job pour un autre sans garantie de réussite.

Par contre, ce projet offre beaucoup d’avantages. On offre une formation à temps plein avec un beau salaire du premier au dernier jour sans devoir travailler, sauf pendant les mois de juillet et août. Je pense que c’est un beau cadeau qu’on peut faire aux gens. Souvent, c’est ça le problème quand on veut faire une formation en art infirmier par exemple, on a tellement de cours et de stages que ça en devient presque impossible de combiner un travail à côté.

- Lire aussi : Coronavirus : l’inquiétude des étudiants infirmiers actuellement en stage

‘’ Certains disent avoir besoin d’humanité, de voir des gens…’’

MonASBL.be  : À qui s’adresse la formation #choisislessoins ? Quels profils recherchez-vous ?

Christine Van Dam : Tous les travailleurs qui ont un contrat en dehors de la commission paritaire 330 et qui ont envie d’aider dans les soins peuvent s’inscrire à ce projet. Les profils actuels sont très divers dans l’âge, le sexe et les professions. Par exemple, on a des personnes qui travaillent dans le secteur du tourisme, des camionneurs… Quand on leur demande leurs motivations, certains disent avoir besoin d’humanité, de voir des gens…

Depuis 20 ans, on essaie de trouver une solution au problème de pénurie dans ce secteur. Aujourd’hui, on a un budget pour se tourner vers des personnes qui ne sont pas encore dans les soins. Le but c’est qu’elles viennent travailler dans notre secteur, là où on peut les soutenir, les financer…

MonASBL.be  : Y a-t-il des qualités, des compétences ou certaines expériences qu’il convient d’avoir pour suivre la formation ? Quelles formations peuvent être suivies  ?

Christine Van Dam  : Pas vraiment. Pour s’inscrire, il convient juste d’avoir le CESS pour suivre une formation en art infirmier. Pour être aide-soignant, ce dernier n’est même pas requis. Ensuite, les participants doivent passer un test de sélection  : un test de logique et un autre de psychologie.

Les formations sont à temps plein. Pour devenir aide-soignant, cela se passe dans les écoles de promotion sociale pour une durée qui varie de 12 à 24 mois. Pour la formation en art infirmier, il y a 2 filières qui se proposent à vous  : le brevet en 3 ans et demi ou le bachelier en 4 ans.

- Lire aussi : Stagiaires durant la crise sanitaire : des étudiants infirmiers témoignent

‘’ Vous êtes sûrs de signer un contrat de travail à la fin de la formation’’

MonASBL.be  : Et qu’en est-il des débouchés ou des partenariats avec certains lieux de soins pour recruter des personnes qui ont fait la formation...

Christine Van Dam  : Les débouchés sont nombreux. On cherche beaucoup d’infirmiers et d’aides-soignants. En rejoignant le programme, vous êtes sûrs de signer un contrat avec un des employeurs de la commission paritaire 330 qui se sont également inscrits au projet.

‘’ Tout le monde peut trouver quelque chose qui lui correspond’’

MonASBL.be  : Enfin, que pouvez-vous dire aux personnes intéressées qui hésiteraient à entamer une seconde carrière dans le secteur de la santé via le projet #choisislessoins ?

Christine Van Dam  : C’est un beau secteur avec tellement de possibilités. On peut être infirmier par exemple dans un home, dans un hôpital, auprès des enfants… Si on aime bien le stress on peut trouver quelque chose, si on aime bien le calme il y a aussi quelque chose. Il y a vraiment de tout pour tout le monde.

Intéressé(e)  ? Les inscriptions sont ouvertes juqu’au 5 mars. Plus d’informations et inscriptions sur le site de FeBi.

En savoir plus  :

www.deveniraidesoignant.be

www.devenirinfirmer.be



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus