Assistant en psychologie, un métier de terrain !

Assistant en psychologie, un métier de terrain !

L’assistant en psychologie est un professionnel singulier dans le secteur du psycho-médico-social. Pouvant exercer des tâches des différentes en fonction de son poste, il se distingue pourtant par un travail de terrain très concret, alimenté par sa perspective psychologique et son adaptation à une équipe.

Pour l’assistant en psychologie, il n’est pas toujours facile de définir son métier clairement. Déjà lors de sa formation, les professionnels se séparent en fonction de leurs spécialités respectives. Ensuite, ce sont le choix de l’organisme où il travaillera, et de son équipe, qui définiront la pratique de l’assistant en psychologie. En effet, dans ce métier qui demande une certaine capacité d’adaptation, les tâches peuvent être extrêmement variées. Julie (nom d’emprunt), assistante en psychologie, tente de démêler la complexité de son métier en s’appuyant sur son quotidien.

Une pratique très variée

Pour les assistants en psychologie, la pratique varie beaucoup en fonction des organismes pour lesquels ils travaillent, mais aussi le poste auquel ils ont été nommés. En effet, il est souvent difficile d’exercer en tant qu’assistant en psychologie, et les professionnels sont donc souvent affiliés aux assistants sociaux ou aux éducateurs par exemple. "C’est difficile de décrire ce qu’est le quotidien d’un assistant en psychologie puisque je pense que la grande majorité exercent un métier qui n’est pas celui d’assistant en psychologie", explique Julie. Il y a donc là un véritable problème de reconnaissance du métier. En fonction de leur poste, les assistants en psychologie peuvent donc exercer des métiers complètement différents. Julie raconte : "Dans la structure où je travaille, je suis dans l’équipe sociale. Mais je sais que dans l’équipe éducative, il y a une autre assistante en psychologie. On a le même diplôme, mais on ne fait pas du tout le même travail !"

- [A lire] : Assistants en psychologie : nom d’un titre !

Venir en aide, concrètement

Tous les assistants en psychologie partagent tout de même un objectif similaire : venir en aide aux personnes et occasionner un changement dans leur vie, tout en gardant une perspective psychologique. Par rapport au psychologue par exemple, l’assistant en psychologie sera moins dans une démarche purement intellectualisée des problèmes, et plus dans une tentative de résolution concrète des problèmes, grâce à une mise en réseau de différents acteurs. Julie par exemple, travaille avec des jeunes hospitalisés : "Le travail que j’organise, c’est d’essayer de définir avec le jeune la problématique dans laquelle il est. Par exemple, je vais prendre le temps en tête à tête avec le jeune de discuter un peu de sa situation scolaire, essayer de voir avec lui comment est-ce qu’il sent le fait de retourner à l’école... [...] Ensuite, ma fonction va être d’accompagner le jeune à l’école et de stimuler le dialogue avec son réseau qui est déjà en place pour faire en sorte qu’il se sente bien."

Ainsi, l’assistant en psychologie peut mener des entretiens dans un cabinet, mais il doit aussi être mobile et présent auprès des différents acteurs qui entourent le patient. Dans cette dimension, il peut aussi mettre en place des pratiques de testing, qui servent à évaluer et représenter différents points de la personnalité et des affects de son public.

Un vrai travail d’équipe !

Une autre dimension importante dans le travail de l’assistant en psychologie, c’est la dimension interdisciplinaire. Comme beaucoup de professionnels du psycho-médico-social, l’assistant en psychologie travaille majoritairement en équipe, ce qui demande une certaine coordination. Ainsi, il peut exercer auprès de professionnels du monde médical, comme les médecins, les infirmiers ou les psychologues, mais aussi des acteurs sociaux et éducatifs, comme les assistants sociaux et les éducateurs. "L’idée, c’est vraiment de se former au travail pluridisciplinaire, à la logique du travail en système plutôt que tout seul", conclut Julie.

- [A lire] : Quand une équipe psychosociale se lance dans l’organisation d’un colloque… Défi ou folie !

La rédaction



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus