La griotte de la semaine : "Une couverture médiatique"

La griotte de la semaine:

Au menu de la griotte de la semaine : de l’optimisme à en vomir, de l’alcool à en frémir, un bon paquet de cernes, mais surtout, de la fesse !

Cette semaine, alors que je plongeais dans l’étude rigoureuse du lien direct entre l’alcoolisation aux vins de Bourgogne et le fait d’être aussi sobre que le clip I’m Still Standing d’Elton John, le manque d’actualité sociale dans les médias est venu me happer, comme une bonne vieille gueule de bois.

D’abord, j’ai eu la naïveté de croire que finalement, si on n’en parlait pas, c’était parce que tout était résolu : les blouses blanches avaient enfin été entendues. Finie la pénibilité, les budgets sont débloqués. Apparemment, on a compris que mettre des gens compétents à la tête d’un gouvernement incompétent, c’est la solution…

Et bien non, il n’en est rien… L’audace de l’optimisme, comme dirait l’autre, même si pour ma part, j’aurais tendance à parler d’apologie de la connerie…

Un plan de communication. À l’heure actuelle, voilà ce qu’il manque aux blouses blanches pour avoir une couverture médiatique digne de ce nom. Finis, les calicots et autres pancartes avec des jeux de mots pourris et des gueules pétries à coup de cernes. Non, non, non… Si vous avez un message à faire passer, il faut de la fesse, de la joie ou un joli sourire.

Et le discours ? l’information ? le recul ? Peu importe les moyens, ce qui compte après tout, c’est le résultat. Alors, soyez visibles.

Bref, louez un char pour la Gay Pride à Bruxelles ! Faites de la publicité à gogo sur les réseaux sociaux ! Cachez-nous le problème, faites de grands sourires, visiblement, ça marche.

M.

[Du même auteur]

- "Maggie a tout compris"



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus