Travailler dans le secteur du handicap vous attire ? Découvrez ces 13 métiers !

04/05/22
Travailler dans le secteur du handicap vous attire ? Découvrez ces 13 métiers !

Accompagner une personne porteuse d’un handicap peut se faire d’une multitude de façons et dans des contextes très variés. Tantôt dans le milieu scolaire, les structures médico-sociales ou à domicile, voici un aperçu de ces professions, des plus connues aux plus inhabituelles.

 Découvrez la campagne : "J’aime mon métier" : un focus sur les professionnels du social et de la santé

L’inclusion des personnes en situation de handicap est un défi qui demande encore à être relevé. En effet, les situations de handicap sont multiples : elles peuvent être physiques et limiter les capacités de déplacement, sensorielles en affectant la vue et l’ouïe, mentales comme par exemple la trisomie 21 ou l’autisme, et enfin psychiques, comme le sont la schizophrénie ou la bipolarité.

Vous êtes étudiant, en pleine reconversion professionnelle ou intéressé par l’accompagnement des personnes handicapées ? Voici une palette des possibilités professionnelles qui s’offrent à vous !

Un accompagnement à domicile et sur le lieu de travail

  • Aide familiale : Elle aide les bénéficiaires en perte d’autonomie dans leurs tâches quotidiennes, par exemple pour préparer les repas, faire les courses et le ménage. Elle contribue aussi à leurs démarches administratives, les assiste dans leur toilette et les accompagne lors de leurs promenades. Enfin, elle leur apporte une écoute et un soutien moral et fait office de relais pour leurs proches.
  • Moniteur d’atelier : Dans une Entreprise de Travail Adapté, le moniteur d’atelier supervise les travailleurs porteurs d’un handicap. Si ce métier est officiellement reconnu, il n’y a en revanche pas de certificat officiel pour l’exercer. Ce manque de formation contribue à la méconnaissance du métier, mais permet aussi à de nombreux travailleurs d’incarner ce rôle.

 Lire aussi : Moniteur d’atelier : “Un métier avec un contact humain fort, complexe“

Des interactions avec les jeunes

  • Animateur socio-culturel : Il mène des interventions de groupes, notamment auprès de personnes handicapées et stimule leur créativité et leur socialisation à travers des activités artistiques, culturelles ou sportives. Ses interventions sont organisées dans des structures socioculturelles ou socio-éducatives, comme les maisons de quartier, les centres de vacances ou les médiathèques.
  • Educateur : Dans des écoles ou des services de prévention, l’éducateur doit mener à bien un projet de long-terme pour aider ses bénéficiaires, grâce à différents ateliers d’intégration sociale, sportifs ou créatifs. Il doit rester à la fois attentif au bon fonctionnement du groupe et au bien-être individuel de chaque participant.

 Ecouter aussi : Christopher, éducateur spécialisé, nous raconte son quotidien

Soutenir les patients en milieu médico-social

  • Psychomotricien : Dans les écoles spécialisées ou les centres d’accueil et de réadaptation, le psychomotricien interagit avec ses bénéficiaires en étudiant leurs mouvements. A travers des techniques corporelles, sensorielles ou psychologiques, il aide le développement psychomoteur de ses patients. Ils apprennent ainsi à stabiliser leur équilibre, s’orienter dans l’espace et affinent leur notion du temps.
  • Ergothérapeute : Dans les hôpitaux ou les centres de rééducation, il aide les personnes handicapées à être plus à l’aise et autonome dans leurs tâches quotidiennes. Le plan de réadaptation du bénéficiaire est élaboré avec l’aide d’un médecin. Le programme d’entrainement est alors adapté à toute situation possible, que ce soit à l’école, à domicile pour se laver, s’habiller ou manger, ou encore dans les interactions sociales.

 Ecouter aussi : Mathilde, ergothérapeute, nous raconte son quotidien

  • Kinésithérapeute : A partir d’une prescription médicale, le kinésithérapeute participe à la rééducation physique des personnes handicapés en agissant sur leurs muscles, leurs articulations ou leurs structures osseuses. Il peut avoir recours à des techniques manuelles, de renforcement musculaire ou encore de physiothérapie à travers éléments physiques comme l‘eau, la chaleur ou la lumière.

 Lire aussi : François, kinésithérapeute indépendant, nous raconte son quotidien

  • Infirmier à domicile : Il peut notamment s’occuper de patients handicapés suite à un accident ou porteurs d’un handicap de longue durée. Il les assiste dans leur toilette et change leurs pansements, mais peut aussi effectuer des prises de sang ou mettre en place des perfusions, selon la prescription du médecin.

Les métiers insolites

  • Equithérapeute : L’équithérapie peut être une aide pour des personnes porteuses d’un handicap mental ou sensoriel. L’interaction entre le patient et le cheval aide notamment à la concentration et la confiance en soi du bénéficiaire. Une fois les premières craintes dépassées vis-à-vis de l’animal, les séances peuvent apaiser le patient et l’aider à progresser dans ses objectifs thérapeutiques.
  • Esthéticien social : Il a recours aux techniques habituelles du secteur de l’esthétique pour que les personnes fragilisées suite à un accident ou à une maladie reconstruisent leur estime de soi et réapprennent à aimer leur apparence physique.
  • Massothérapeute : Il contribue au mieux-être de ses bénéficiaires grâce à des techniques variées, comme par exemple le shiatsu ou le reiki. Grâce à ses pratiques, le massothérapeute soulage les tensions physiques de ses patients et contribue à leur apaisement.
  • Magicothérapeute : Il base ses tours de magie sur la répétition des exercices de rééducation d’un enfant handicapé et travaille la plupart du temps bénévolement. Il effectue ses tours de magie de concert avec l’équipe médicale qui prend en charge le patient et les exercices de répétition deviennent ainsi plus ludiques. S’il n’y a pas de formation nécessaire pour être magicothérapeute, des connaissances en magie sont néanmoins nécessaires.
  • Balnéothérapeute : Si la balnéothérapie est encore considérée comme un soin surtout esthétique, ses bienfaits sur les tensions musculaires ou sur les douleurs cervicales sont reconnus. Son utilité pour les personnes handicapées gagne du terrain, comme à Leval, où un centre de balnéothérapie pour personnes handicapées a été mis en place.


Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus