Educateur, un métier polyvalent auprès d’un public varié

Educateur, un métier polyvalent auprès d'un public varié

Le métier d’éducateur est l’exemple même du métier polyvalent : il peut s’exercer auprès d’un public très hétérogène dans de multiples structures. Profession multiforme au croisement des compétences sociales, psychologiques, pédagogiques, médicales, culturelles et juridiques, le métier d’éducateur se retrouve ainsi dans de nombreuses structures d’action. Focus sur un métier pas comme les autres.

[DOSSIER]
 Quelles sont les études pour devenir éducateur en Belgique ?
 Quel est le salaire d’un éducateur en Belgique ?
 Educateur spécialisé... oui, mais spécialisé en quoi ?

Le métier d’éducateur est un métier relationnel par excellence. La mission centrale de ce travailleur social ? Mettre en place un projet pour aider un individu ou bien un groupe. En fonction des lieux d’intervention mais aussi du profil des bénéficiaires, il peut développer des activités créatives, culturelles, sportives, de détente, d’intégration sociale ou encore de travail. Autre élément important : l’intervention de ce professionnel ne se cantonne pas à une catégorie particulière de la population. En effet, il peut accompagner des enfants, des adolescents, des adultes ainsi que des personnes âgées.

Le métier d’éducateur, quels que soient les types d’approches, les paradigmes éducatifs, les publics et les problématiques rencontrées, se pratique dans un collectif de travail. Un service d’hébergement pour personne handicapée, une école, une maison des jeunes, une crèche, un service d’action en milieu ouvert, une entreprise de travail adapté, sont des structures reconnues qui occupent une place bien particulière dans le champ de l’action socio-éducative et culturelle. Cette diversité de secteurs d’activités influence la manière d’exercer la profession. En effet, un éducateur travaillera différemment s’il est actif dans le secteur de l’enseignement ou bien s’il est actif dans une structure qui héberge des adultes déficients mentaux ou des jeunes délinquants.

Notons aussi qu’au cœur de ce métier, nous retrouvons le changement social. Il va agir auprès de la population via de la prévention, de l’accompagnement et des conseils. Bien que cette profession soit clairement de terrain, elle comporte aussi une part de travail administratif, avec la réalisation de planning et la rédaction de dossiers et rapports.

 Lire aussi : "Pourquoi j’ai choisi de devenir éducatrice spécialisée... Et 20 ans plus tard, qu’en est-il ?"

Éducateur, entre observation et socialisation

Le métier d’éducateur requiert également de fines compétences d’observateur. C’est de cette manière que le référent éducatif avancera dans sa compréhension de la situation. Il pourra ensuite développer des hypothèses de travail, poser un « diagnostic éducatif » qui lui permettra de choisir les moyens appropriés pour son action au quotidien.

Au travers d’un repas, par exemple, l’éducateur peut travailler les notions de repères (places à table), d’attente (commencer à manger lorsque tout le monde est servi), de respect des limites (ne pas sortir de table à tout moment), de passage par l’adulte (demander pour être resservi), de communication (échanges avec les autres personnes), de socialisation (manger « proprement »), d’habilités motrices (utiliser ses couverts), de construction d’un projet (que faire après le repas ?), de travail familial (« comment va ton papa ? »), du collectif (mettre la table).

 Lire aussi : Educateur spécialisé... oui, mais spécialisé en quoi ?

Plus qu’un exécutant

L’éducateur n’est pas un simple exécutant ayant pour mission de mettre en action des projets pédagogiques dont il n’a pas besoin de connaître les enjeux. Il est supposé être expert en son domaine. Bien entendu, l’expertise s’acquiert dans la pratique et avec le temps, mais il est l’acteur principal de l’intervention. Il est supposé pouvoir fournir une analyse des besoins et proposer des pistes d’intervention. Leurs compétences multiples permettent aux éducateurs d’être au cœur des partenariats et de la mise en réseau au service des personnes. Pourtant, bien souvent, les éducateurs sont réduits à une tâche précise et sont fortement limités dans leurs libertés d’actions et de décisions.

 Lire aussi : L’éducateur, plus qu’un exécutant

Compétences à développer

  • Ecouter, analyser une situation et proposer des solutions.
  • Savoir animer des ateliers, des groupes de parole
  • Réussir à s’adapter à des situations très différentes auprès d’un public varié
  • Qualités requises
  • Nerfs solides
  • Capacité d’écoute et pédagogie
  • Goût du travail en équipe

Comment accéder à ce métier ?

Aujourd’hui, plusieurs filières permettent de se former au métier d’éducateur en Belgique. Les étudiants ont d’abord le choix de réaliser un cursus dans l’enseignement secondaire via la formation d’agent d’éducation (éducateurs A2). Une autre voie est possible : une formation dans le supérieur, via le Bachelier professionnalisant de trois ans d’éducateur spécialisé (éducateur A1). Il existe deux options différentes  : spécialisé en accompagnement psycho-éducatif ou spécialisé en activités socio-sportives.

 Lire aussi : Educateur spécialisé... oui, mais spécialisé en quoi ?

Notons aussi que ces formations peuvent être réalisées en plein exercice ou bien la promotion sociale.

 Lire aussi : Découvrez les écoles qui organisent la formation

Possibilités d’évolution et passerelles

Pour les diplômés d’un Bachelier d’éducateur spécialisé, des passerelles existent vers certains Masters. Les étudiants peuvent ainsi poursuivre leurs études vers les sciences de l’éducation, les sciences psychologiques ou encore l’ action sociale.

Pour ceux qui choisissent de rester dans le métier d’éducateur, une spécialisation en un an leur est accessible s’ils le souhaitent, en orthopédagogie ou en gérontologie psycho-éducative par exemple. Dans le métier, les possibilités d’évolution sont aussi multiples grâce à la formation continue. Elle permet aux éducateurs de se former à des techniques comme la Programmation Neuro-Linguistique, la communication non-verbale ou encore l’accompagnement de l’apprentissage, mais aussi la gestion de projets ou le coaching. Des carrières diverses sont ainsi possibles en fonction des désirs et des capacités de chacun.

Un titre non protégé

Le titre d’éducateur spécialisé est un titre non protégé, c’est-à-dire que pour un poste vacant, toute personne ayant un diplôme à caractère social ou pédagogique peut prétendre à cet emploi.

Face à cette situation, nombreux éducateurs spécialisés expriment cette revendication : protéger l’exercice de la profession, en restreignant l’accès aux seules personnes qualifiées pour l’exercer.

 Lire aussi : Etat des lieux sur le titre non protégé de la profession d’éducateur spécialisé

Quelles sont les débouchés ?

Comme beaucoup de travailleurs sociaux, les éducateurs peuvent travailler dans de nombreuses structures :

Si on ajoute la diversité des formations des éducateurs, ainsi les expériences variées du fait des reconversions professionnelles, on se rend vite compte que leur quotidien peut varier du tout au tout. Et pourtant, certains objectifs demeurent communs : accompagner les personnes et donner du sens aux actions réalisées avec elles. Une mission loin d’être aisée, et qui justifierait une meilleure reconnaissance du métier.

Quel est le salaire d’un éducateur en Belgique ?

Dans la mesure où les milieux au sein desquels l’éducateur travaillent peuvent varier, qu’en est-il de son salaire ? Est-il différent d’un endroit à un autre ? Quelle est la rémunération dans le milieu social (institutions ou services pour personnes handicapés relevant de la compétence de la Région Wallonne), dans le milieu de la protection de la jeunesse (établissements et les services d’aide à la jeunesse relevant de la compétence de la Communauté française) ou encore dans le milieu scolaire ?

Toutes les réponses dans cet article détaillé !

Perspectives d’évolution

L’éducateur spécialisé peut prétendre aux postes de directeur d’établissement et de chef de services après avoir suivi une formation.

Des spécialisations d’un an sont aussi accessibles et la formation continue est un atout à ne pas négliger car elle permet aux éducateurs de se former à des techniques diverses, à la gestion de projets ou au coaching, par exemple. Il n’existe donc pas de carrière type d’éducateur spécialisé car des carrières diverses sont possibles en fonction des choix de chacun.

Et pour aller plus loin :

[Regardez]

[Ecoutez]

 La totalité du podcast de Christopher, éducateur spécialisé dans l’aide à la jeunesse

[Découvrez des témoignages d’éducateur.trice.s] :
 Educateur spécialisé pour la ligue handisport : "C’est une fierté de travailler dans ce secteur"
 "Mon bureau, c’est la rue"
 Travail social : "Mon métier, un essentiel"
 Leslie, l’éducateur spécialisé qui utilise les arts martiaux pour aider l’autre
 "Pourquoi j’ai choisi de devenir éducatrice spécialisée... Et 20 ans plus tard, qu’en est-il ?"
 "Ma mission d’éducatrice spécialisée : combattre l’isolement des personnes âgées"
 Handicap : "Accompagner les résidents : un travail de réflexion continu"

[Découvrez les autres professions du secteur psycho-médico-social] :
 Les témoignages
 Les fiches métiers

www.jaimemonmetier.be



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus