Aidants proches : l’entrée en vigueur du statut officiel postposée

Aidants proches: l'entrée en vigueur du statut officiel postposée

Coup dur pour les aidants proches… Le statut officiel n’entrera finalement pas en vigueur le 1er octobre prochain, comme annoncé. La mise en place de la réforme qui offre notamment l’allongement du congé pour assistance médicale accuse du retard, au grand dam de l’ASBL Aidants Proches. Du côté du cabinet de Maggie De Block, ministre en charge du dossier, on assure que le projet « n’est pas aux oubliettes ».

« Rien n’a bougé », déplore l’asbl Aidants proches. « Nous nous sentons trahis. C’est une catastrophe. » C’est une véritable douche froide pour l’association, qui attendait de pied ferme la mise en place du statut officiel pour les aidants proches. Malheureusement, cette réforme essentielle pour garantir une reconnaissance et offrir un soutien à celles et ceux qui fournissent des soins si lourds qu’ils mettent de côté leur vie professionnelle n’entrera finalement pas en vigueur le premier octobre prochain. Elle accuse, en effet, un certain retard et aucune nouvelle date n’a encore été fixée.

- [A lire] : Reconnaissance et congé rémunéré pour les aidants proches

Les deux arrêtés manquent à l’appel

Mais où est donc le couac ? En fait, deux arrêtés royaux sont encore nécessaires pour la mise en œuvre de ce statut officiel. Le premier, géré par le cabinet de la ministre fédérale de la Santé Maggie De Block, concerne la reconnaissance des aidants proches. Le second, dédié à l’allongement du congé pour assistance médicale de 12 à 18 mois est entre les mains du ministre fédéral de l’Emploi, Wouter Beke.

Au micro de la RTBF, la porte-parole de Maggie De Block s’est voulue rassurante, certifiant que le projet « n’était pas aux oubliettes ». Elle a pointé que l’entrée en vigueur programmée au 1er octobre était, dès le départ, « un vrai défi ». Pourquoi ? Car la mesure nécessite notamment une vaste préparation technique sur le terrain, comme par exemple avec les mutuelles. Selon le cabinet, les fameux arrêtés royaux seraient bel et bien en préparation au niveau administratif et pourraient être soumis au conseil des ministres d’ici deux semaines.

Le projet ne serait donc pas enterré mais juste postposé. Une chose est par contre certaine : l’asbl Aidants proches ne va rien lâcher. « Nous serons vigilants, plus d’excuses... », a-t-elle prévenu sur son compte Twitter.

- [A lire] : Sensibilisation : une semaine pour prendre soin des aidants proches

Les points forts de la réforme

« Les travailleurs qui assurent les soins les plus lourds pourront recourir à un congé pour assistance médicale. Nous créons également la possibilité d’être actif comme aidant proche pour celui qui est absent du travail depuis longtemps et reçoit une indemnité de maladie », avait annoncé en juin dernier Maggie De Block. Et de rajouter : « Pour les aidants proches reconnus, le congé à temps plein pour assistance médicale est étendu de douze à dix-huit mois. L’entrée en vigueur aura lieu progressivement. Un mois viendra s’ajouter chaque année, et deux mois par an pour les personnes qui travaillent à temps partiel. »

Pour Maggie De Block, le nouveau statut aura pour effet bénéfique d’alléger la charge administrative qui pèse actuellement sur les épaules des aidants proches. Concrètement, ils ne devront plus perdre du temps à chercher de l’information un peu partout sur les soins et le soutien dont ils peuvent bénéficier. Ils pourront désormais s’adresser à leur mutualité pour toute question. « Une reconnaissance unique du niveau fédéral garantit que les niveaux locaux (p. ex. les communes) peuvent se fier à nos critères de reconnaissance au lieu de créer eux-mêmes de nouvelles conditions », avait précisé la mandataire politique. « Enfin, cette reconnaissance dispense l’aidant de remplir des conditions supplémentaires (et donc de remplir d’autres formulaires) s’il souhaite bénéficier d’une période de congé supplémentaire. »

- [A lire] : Aidants proches : deux tiers sont des femmes



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus