Des demandes en plus pour Android 34

Des demandes en plus pour Android 34

A travers son projet Octopus, l’association Android 34 offre des prothèses de sport à des enfants amputés des membres supérieurs et inférieurs. Suite à l’appel à candidats de son fondateur, Cédric Lescut, 20 demandes d’enfants sont en cours de traitement.

En matière de handisport, la Belgique a fait quelques progrès, mais plusieurs efforts restent à faire. Récemment, le ministre Rachid Madrane proposait la double affiliation, afin de permettre aux clubs sportifs de s’affilier à une fédération et à la Ligue Handisport. A Bruxelles, la Cocof aussi soutient le handisport, tout comme l’AViQ, en Wallonie. Si la législation semble peu à peu s’adapter et prendre en compte ce type de public, encore faut-il que ce dernier puisse accéder aux activités sportives. Depuis un an et demi, le projet Octopus de l’association Android 34 a permis d’équiper 14 enfants de prothèses sportives. Très chères et non remboursées par les mutualités, ces prothèses sont souvent inaccessibles pour les familles d’enfants handicapés. Suite à un appel à candidats, l’association traite 20 demandes supplémentaires, afin de permettre à ces enfants de faire à nouveau du sport.

Un coût certain

Si les prothèses de marche sont remboursées par les mutualités, elles ne permettent pas aux personnes de faire du sport. Pour cela, des prothèses sportives existent mais elles restent très onéreuses puisqu’il faut compter environ 7000€. Android 34 a proposé au travers d’un appel à candidats d’en offrir gratuitement à 25 enfants. Suite à cela, les demandes ont afflué et 20 enfants devraient bientôt pouvoir à nouveau courir et nager.

Un vecteur de reconstruction

C’est suite à l’accident qui l’a rendu invalide que Cédric Lescut a entrepris ce projet. Dans son interview pour L’Avenir, il explique que la prothèse sportive a été pour lui "un vecteur de reconstruction sociale, sociétale" et qu’il a souhaité offrir cette opportunité aux enfants.

Android 34 : la thérapie par le sport

Le projet Octopus n’est qu’une part des actions d’Android 34. Cette association propose de manière plus générale une thérapie par le sport grâce à son école de golf à Bruxelles, à Genappe et en Flandre. Elle met aussi en place des événements annuels pour sensibiliser au handicap.

Faire comme tous les autres enfants

Grâce au projet Octopus, 14 enfants dont Mathis, 8 ans, ont pu bénéficier de prothèses sportives. Le jeune garçon est inscrit dans un club d’athlétisme et peut même participer aux compétitions. Pour ses parents, qui ont témoigné pour L’Avenir, cette prothèse a apporté un réel soulagement : "Pour nous, ce fut la fin du tunnel et le retour de la grande lumière. Aujourd’hui, avec elle, il peut jouer dans la cour de récréation avec ses camarades valides.[...] Et puis même en dehors du sport, il demande à mettre sa prothèse sportive tous les jours."

[A Lire]
- Une plateforme "handi-sitting" à Bruxelles
- Plus de droits pour les parents d’enfants handicapés
- Un appel à projet pour améliorer le cadre de vie des personnes en situation de handicap



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.