Enfin des engagements pour revaloriser les métiers du non marchand

Enfin des engagements pour revaloriser les métiers du non marchand

Des milliers de travailleurs de l’Aide à la jeunesse, de l’accueil de la petite enfance et du socioculturel ont mené des actions cette semaine pour exprimer leur colère et être enfin considérés à leur juste valeur. En réaction à ces appels, le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a annoncé des mesures concrètes visant à revaloriser leurs professions.

À la suite de nombreuses actions syndicales, la Fédération Wallonie-Bruxelles a finalement décidé de dégager plus de moyens pour répondre aux besoins réels des travailleurs sur le terrain, ressort-il d’un communiqué de presse de la CNE.

Pour rappel, des gros budgets doivent été dégagés dès 2021 au niveau fédéral et en Wallonie pour conclure de nouveaux accords sociaux et permettre des augmentations salariales, des fins de carrière tenables et une réduction collective du temps de travail. En Fédération Wallonie-Bruxelles, 8 millions d’euros avaient ainsi été alloués au secteur. Mais entre-temps, plus aucun engagement n’a été pris… jusqu’à aujourd’hui  !

- Lire aussi  : La CNE dénonce le cadre budgétaire dédié à la revalorisation du non marchand

Les revendications du secteur

La CNE s’est battue d’arrache-pied pour entamer des négociations et aboutir à un accord social non marchand pluriannuel convenable, c’est-à-dire à un budget capable d’harmoniser et de répondre aux besoins du personnel des secteurs de l’Aide à la jeunesse, de l’accueil de l’Enfance et du socioculturel, ressort-il du site d’informations 7sur7.

Alors que les travailleurs du non marchand jouent un rôle essentiel dans la société, les moyens financiers mis à leur disposition sont ridicules. Le non marchand demande donc à ce que tous les secteurs passent à l’IFIC d’ici 2024 afin de profiter d’une augmentation salariale d’environ 6%. Par ailleurs, les syndicats proposent également de généraliser le droit à trois semaines de congé consécutives dans l’ensemble des secteurs.

Concrètement, la CNE demande ‘’une amélioration des conditions salariale, une réduction de la pression au travail par l’augmentation des normes d’encadrement, une amélioration de la conciliation vie privée/ vie professionnelle grâce à des horaires plus stables et des jours de congé supplémentaires, une amélioration des fins de carrière, ainsi qu’une meilleure concertation sociale’’, apprend-on également sur 7sur7.

- Lire aussi  : Non-marchand bruxellois : 7,5 millions, “c’est inacceptable !”

Le non-marchand enfin entendu  !

Ce jeudi, le ministre Président Jéholet a proposé des mesures concrètes visant à revaloriser les professions de l’Aide à la Jeunesse, de l’Accueil de la Petite Enfance et du socioculturel, ressort-il d’un communiqué de presse de la CNE.

Les décisions suivantes ont été prises  :

- Le Gouvernement dégagera très rapidement un budget permettant une reconnaissance pour le personnel du secteur sociosanitaire ;

- Les ministres de l’AAJ et de la Petite Enfance lanceront les discussions permettant de traduire les budgets dégagés en 2021 de respectivement 3 et 5 millions d’euros en mesures concrètes visant à améliorer l’attractivité des métiers et la tenabilité tout au long de la  carrière  ;

- Le Gouvernement s’engage à dégager un budget phasé sur 2022-2025 pour un véritable accord social non marchand pour l’ensemble des professions du non marchand de la FWB. Les négociations tripartites devront être finalisées pour fin juin 2021.

Les actions d’interpellation menées par la CNE portent enfin leurs fruits et le personnel du non marchand peut dès aujourd’hui espérer une amélioration de leur salaire et de leurs conditions de travail.

- Lire aussi : Négociations pour le non marchand : Pierre-Yves Jeholet fait le point



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus