Les immigrants peinent à trouver un emploi en Belgique

Les immigrants peinent à trouver un emploi en Belgique

En Belgique, un étranger (hors Union Européenne) sur deux n’a pas d’emploi. C’est le taux le plus bas des pays d’Europe. La discrimination à l’emploi, les exigences linguistiques ainsi que le niveau de formation sont mis en cause.

Selon une étude de l’office européen des statistiques Eurostat, en Belgique le taux d’emploi des étrangers hors de l’UE est de 56,8%. Avec ce taux très faible, la Belgique est le mauvais élève de l’UE. Le journal Le Soir tente d’expliquer ce phénomène.

Un étranger sur deux au chômage

La Belgique serait-elle hostile aux immigrants ? Après avoir dévoilé une baisse de 10% des demandeurs d’asile en 2012, le taux d’emploi des immigrés hors de l’UE est le plus faible d’Europe. La Belgique est à la dernière place du classement réalisé par Eurostat sur le taux d’emploi des étrangers hors de l’UE en Europe. 56,8% pour une moyenne européenne de 71,4%. Quant au taux d’activité des Belges, il est de 74%. Ces chiffres inquiétants le sont d’autant plus lorsqu’on les compare avec les pays voisins qui ont pourtant une structure de population similaire à la Belgique. En effet, le taux d’emploi des étrangers est de 66,8% en Allemagne et de 64,8% en France.

Les différences de niveau de formation sont en cause

La différence de formation entre les immigrants et les Belges serait en cause. Les immigrants ont un faible niveau de formation tandis que celui des Belges augmente. Le Centre pour l’Egalité des chances s’est exprimé dans le quotidien Le Soir et a dénoncé le système d’enseignement belge "qui dirige les jeunes issus de l’immigration vers les filières moins valorisées". De plus, les exigences linguistiques sont élevées en Belgique. Elles le sont d’autant plus à Bruxelles. Enfin, le système de sélection à l’embauche est discriminant. Les employeurs redoutent d’employer des « non belges ». "A diplôme égal, les étrangers ont plus de difficultés à trouver du travail" poursuit le Centre pour l’Egalité des chances au journal Le Soir. Les personnes issues d’une migration plus ancienne ont toutefois moins de difficultés à trouver un emploi.

Lire aussi : le français désormais obligatoire pour les primo-arrivants



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus