Nouveaux moyens pour les travailleurs de l’aide à la jeunesse

23/11/21
Nouveaux moyens pour les travailleurs de l'aide à la jeunesse

Le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a concrétisé l’accord sectoriel du non-marchand. Un accord qui entérine notamment l’octroi d’éco-chèques au secteur de l’aide à la jeunesse et renforce l’encadrement des services résidentiels généraux et des services qui mettent en œuvre un projet éducatif particulier.

« En concrétisant l’accord intervenu entre les partenaires sociaux, nous améliorerons les conditions de travail du secteur de l’aide à la jeunesse, et notamment des services résidentiels généraux. Une mesure qui, conjuguée à l’octroi d’un jour de congé supplémentaires à tous les travailleurs des services agréés avec embauche compensatoire ainsi que d’éco-chèques, permettra aussi de récompenser les travailleurs qui n’ont jamais cessé, depuis le début de la crise sanitaire, d’œuvrer au quotidien au service de l’enfance en danger ou en difficulté », pointe la Ministre de l’Aide à la Jeunesse, Valérie Glatigny.

Au total, 8 millions d’euros ont été dégagés, dont 3 millions d’euros pour le secteur de l’aide à la jeunesse. Ce budget supplémentaire vise notamment à améliorer l’attractivité et la tenabilité des carrières dans les secteurs du non-marchand subventionnés par la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Ce montant permettra à la fois :

1. De renforcer la norme d’encadrement des services résidentiels généraux et des services qui mettent en œuvre un projet éducatif particulier (1.148.000 euros) :

Le renforcement de la norme d’encadrement permettra notamment de passer de 6,5 ETP pour 15 jeunes à 6,75 ETP éducateurs pour 15 jeunes afin d’offrir un service de qualité pour les jeunes pris en charge et de diminuer la charge de travail pour les travailleurs de ces services.

En outre, depuis plus de 10 ans, certains services d’hébergement accueillant des enfants de l’aide à la jeunesse bénéficient d’un renfort en personnel permettant de couvrir environ ½ ETP éducatif supplémentaire, afin d’atteindre la norme de 7 équivalents temps plein éducateurs pour 15 enfants.

Jusqu’à l’année passée, cette subvention annuelle n’était pas pérennisée, ce qui engendrait une incertitude au sein des équipes. A l’initiative de Valérie GLATIGNY, ces montants ont été rendus structurels.

2. L’octroi d’éco-chèques au secteur de l’aide à la jeunesse, à l’instar d’autres secteurs en première ligne depuis le début de la pandémie (1.427.000 euros) :

Concrètement, il s’agit d’éco-chèques d’un montant de 250€ maximum/ETP. Plus de 5.000 travailleurs issus de l’aide à la jeunesse bénéficieront de cette mesure.

3. Octroi d’un jour de congé supplémentaire (2 jours pour les plus de 45 ans) avec embauche compensatoire (1,5 millions d’euros) :

Cette mesure bénéficiera à l’ensemble des travailleurs des services agréés de l’aide à la jeunesse avec embauche compensatoire. Les travailleurs de plus de 45 ans bénéficieront quant à eux d’un deuxième jour de congé supplémentaire avec embauche compensatoire.

- Lire aussi : Nouvelle étape dans l’établissement d’une IPPJ à Forest
- Lire aussi : De nouveaux moyens financiers et humains pour l’Aide à la jeunesse



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus