Une prime Covid-19 pour les soignants qui exercent en prison

Une prime Covid-19 pour les soignants qui exercent en prison

Le ministre fédéral Vincent Van Quickenborne, en charge de la Justice, a annoncé sa volonté d’étendre le champ de la prime unique Covid-19 à une catégorie de soignants : les travailleurs de la santé en prison.

« Le gouvernement fédéral, qui souhaitait reconnaître la contribution essentielle des travailleurs des soins de santé en période de covid-19, et la surcharge et la pénibilité accrues entraînées par la pandémie, a décidé de leur octroyer une prime unique covid-19. Elle était d’abord réservée au personnel soignant des hôpitaux, puis elle a été étendue au personnel des services de soins infirmiers à domicile, aux travailleurs salariés des maisons médicales et aux infirmiers indépendants qui effectuent des prestations à domicile ou en milieu hospitalier. Mais il semblerait qu’une catégorie du personnel soignant ait été oubliée. Je veux parler ici des travailleurs de la santé en prison », a pointé en commission la députée Ecolo-Groen, Claire Hugon.

Bonne nouvelle : cette situation est en passe de changer. En effet, le ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne, a annoncé lors de cette séance, son intention d’attribuer une allocation Covid-19 spécifique et unique pour le personnel infirmier des prisons. Il a en effet reconnu que les établissements pénitentiaires n’ont pas été épargnés par la pandémie de Covid-19 et que cette situation a eu un impact non négligeable sur la charge de travail ainsi que sur les risques de santé du personnel infirmier de ces structures.

- Lire aussi : Patients psychiatriques, détenus, personnel : les oubliés de la crise

Un projet d’arrêté royal sur les rails

« Je suis arrivé à la conclusion que les membres du personnel des autres services publics fédéraux qui ont une fonction de soin devraient également avoir droit à une telle indemnité », a-t-il pointé et de rajouter : « Je n’ai donc pas manqué de demander à ma collègue chargée de la fonction publique de se pencher sur cette question. Entre-temps, la ministre de la Fonction publique m’a confirmé qu’elle ne prendra pas d’initiative, mais qu’elle n’a pas d’objection à ce que j’accorde une allocation covid-19 spécifique au personnel infirmier des prisons. »

Conséquence : ses services planchent en ce moment sur l’élaboration d’un projet d’arrêté royal afin de concrétiser l’octroi de cette allocation unique. « Le projet d’arrêté royal est prêt et est actuellement soumis aux différentes autorités pour avis », s’est-il réjoui, avant de conclure : « Dès que je recevrai les avis et qu’il y aura un accord avec les syndicats, cet arrêté sera mis à l’ordre du jour du Conseil des ministres. »

- Lire aussi : La privatisation du social est en marche



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus