Une prime de 500€ pour les agents des CPAS bruxellois

Une prime de 500€ pour les agents des CPAS bruxellois

Une prime de 500€ sera octroyée aux employés des communes et des CPAS de la région bruxelloise. Au total, une enveloppe de 15 millions d’euros aura été débloquée pour 30 000 fonctionnaires.

Conformément au protocole d’accord pour 2020-2024, la région de Bruxelles-Capitale s’est engagée à soutenir l’augmentation salariale annuelle des agents de pouvoirs locaux des communes et des CPAS. Cette mesure répond aux revendications des travailleurs par rapport à la revalorisation barémique. Concrètement, environ 30 000 employés recevront la prime unique de 500€ pour l’année 2020.

- [A lire] : "Une revalorisation barémique pour les agents des CPAS bruxellois !"

Une revalorisation salariale sur 4 ans

Les agents locaux bruxellois n’ont plus vu leur salaire augmenter depuis 2007. Pour rectifier le tir, "le gouvernement bruxellois s’est donc engagé à débloquer plus de 170 millions d’euros sur l’ensemble de la législature", explique le ministre des Pouvoirs locaux Bernard Clerfayt (Défi) dans la DH. Cette somme se répartira en une enveloppe de 15 millions d’euros en 2020, 22,5 millions en 2021, 33,8 millions en 2022, 45 millions en 2023 et pour finir, 56,3 millions en 2024.

La prime unique de 500€

Au total, quelque 30 000 employés des communes et des CPAS bénéficieront de la prime unique. Elle permettra “d’éviter l’adoption de nouvelles échelles barémiques rétroactives nécessitant des révisions de traitement fastidieuses par les services communaux des ressources humaines”, précise la Région.

Le montant de 15 millions d’euros se répartira entre les communes sur la base du nombre d’équivalents temps plein (ETP). Comme pour les revalorisations précédentes, les employeurs de ces fonctionnaires, soit les communes, prendront en charge une partie des coûts de la prime. Selon le communiqué, elles “ne se sont jamais opposées à prendre en charge la part qui leur incombait. Au contraire, 18 communes sur les 19 ont, par une motion votée en conseil communal, jugé légitimes les revendications salariales. Elles s’engageaient donc nécessairement à en financer une partie.”

Toutefois, la région financera en grosse partie cette mesure, soit 87% des coûts, du jamais vu. "Et pour 2021 jusque 2024, nous interviendrons à hauteur de 75% du coût global", conclut M. Clerfayt dans la DH.

- [A lire] : Bruxelles : la colère des travailleurs des CPAS et hôpitaux publics



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus