Carmen, infirmière à l'hôpital Saint-Luc, est décédée du Covid-19

Carmen, infirmière à l'hôpital Saint-Luc, est décédée du Covid-19

Ce n’est pas la première infirmière, ni la première soignante qui perd la vie après avoir contracté le Covid-19. Malheureusement, Carmen, qui officiait à l’hôpital Saint-Luc, ne sera sûrement pas non plus la dernière. Ces soignants sont en première ligne malgré les risques, et payent parfois l’ultime tribut. C’est le collectif « La santé en lutte », qui regroupe des professionnels de la santé, qui a relayé la bien triste information.

[DOSSIER]
- "C’est la première fois que j’ai peur de mourir en allant travailler..."
- Coronavirus : les soignants vont le payer cher et c’est insoutenable !
- "Le coronavirus dévoile la gestion défaillante des hôpitaux"
- Soigner ou se protéger : un dilemme de chaque instant pour le personnel en première ligne
- Coronavirus : Isaura Castermans, infirmière de 30 ans, est décédée
- Coronavirus : "Hier, j’ai tué mon patient", témoigne un infirmier

« Nous ne souhaitons pas commenter davantage le décès, en effet, de l’une de nos infirmières, par respect pour la défunte et pour ses collègues. » C’est ainsi qu’à répondu l’hôpital Saint-Luc, installé à Bruxelles, aux questions du groupe Sudpresse. Il aura fallu que « La santé en lutte », mouvement porté par et pour les professionnels de la santé, relaye l’information pour que cette triste nouvelle soit rendue publique.

Renaud Mazy, administrateur-délégué de la clinique universitaire Saint-Luc, a réagi dans les colonnes de Sudpresse : « Nous sommes tous profondément attristés par le décès de l’une de nos infirmières. Chaque décès est un décès de trop. La colère s’ajoute à la tristesse. Tristesse de perdre une infirmière appréciée de ses collègues, une professionnelle reconnue et dévouée. Colère d’avoir perdu le combat contre ce virus dévastateur. Partout en Belgique, comme on l’a vu en Italie ou en France, de plus en plus de soignants sont impactés par la maladie. Nous leur adressons toutes nos pensées, notre reconnaissance et nos encouragements. »

Ce nouveau décès d’un membre du personnel soignant induit évidemment beaucoup de tristesse et vient raviver les risques pris par ces femmes et hommes de l’ombre. En sauvant des vies, ces professionnels mettent en danger la leur.

Carmen, « pas la première à être atteinte du coronavirus »

De manière anonyme, une collègue de Carmen a souhaité s’exprimer, toujours dans le même média. « Tous les gens de l’hôpital s’identifient à elle, nous travaillons dans les mêmes conditions qu’elle. Nous sommes confrontés au plus près à cette situation, lorsque nous nous occupons de patients positifs. Et quand des gens que nous connaissons sont atteints, c’est encore plus problématique. »

Cette source renchérit, regrettant un manque de transparence des autorités : « Ce n’est pas la première à être atteinte du coronavirus. Dans le milieu hospitalier, les gens aimeraient bien connaître les chiffres. Nous avons l’impression qu’ils sont passés sous silence. Nous ne voyons aucun cas de décès dans la presse non plus, à peine pour quelques médecins. Pourtant, la proportion de victimes doit être plus élevée que pour le reste de la population. »

Le décès de Carmen suscite donc à la fois une vive et profonde émotion, mais également une série de questions.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus