"Drogues : ne punissez plus !" : l’appel de 50 associations belges

Une cinquantaine d’associations belges issues du monde de la santé, des droits de l’humain, de l’éducation permanente ou encore du secteur prison réclame la révision de la loi encadrant l’usage de drogues. Pour elles, la priorité ne doit plus être de considérer l’usager de drogues comme un criminel ni d’empêcher de porter assistance aux publics vulnérables.


- [A lire]  : Commission de l’ONU en matière de drogues : la Belgique dépassée ?

La campagne « Soutenez. Ne punissez plus. » est une campagne internationale relayée en 2018 dans 98 pays et 234 villes. Elle plaide pour une politique des drogues basée sur des vérités scientifiques plutôt que sur des considérations morales.

« Concernant la Belgique, nous avons besoin d’innover pour répondre aux défis contemporains posés par l’usage de drogues », notent d’une seule et même voix près de 50 associations issues du monde de la santé, des droits de l’humain, de l’éducation permanente ou encore du secteur prison. « Malheureusement, en l’état actuel de la loi, il n’est ni possible d’œuvrer en ce sens, ni de déployer des stratégies de santé pourtant souhaitées par l’OMS, les professionnels de la santé et certains élus locaux. Nous exhortons le gouvernement fédéral à envisager un changement de politique. »

- [A lire]  : Décès par overdose : "les politiciens doivent sortir la tête du sable !"

Le gouvernement fédéral a fait marche arrière

Via la campagne « Soutenez. Ne punissez plus. », les acteurs de terrain plaident pour une révision de la loi dans le respect des Droits de l’Humain, pour plus de bienveillance et de dignité. Ils martèlent : « La priorité ne doit plus être de considérer l’usager de drogues comme un criminel ni d’empêcher de porter assistance aux publics vulnérables. »

Aujourd’hui, de nombreuses recommandations internationales demandent aux États d’investir davantage dans le champ de la santé publique pour mieux appréhender la consommation de drogues. Malheureusement, le dernier gouvernement fédéral belge les a ignorées et a fait marche arrière en prônant la tolérance zéro.

Pour les professionnels du secteur, cette attitude bloque notamment l’usage thérapeutique du cannabis, les Cannabis Social Clubs, les traitements à la diacétylmorphine (héroïne médicalisée) ou encore l’accès à la Naloxone® et le Narcan® (antidote aux overdoses à l’héroïne.)

- [A lire]  : Salle de shoot à Liège : plus de 6.000 passages depuis l’ouverture

Rassemblement le 22 juin

Pour faire entendre leur voix, les associations organise un rassemblement le 22 juin, de 17h à 22h, au Parc de Bruxelles. Elles y défendront ces enjeux de Réduction des Risques liés à l’usage de drogue et mettront, cette année, l’accent sur le cannabis dans tous ses états.

Cet événement sera également l’occasion de mettre en lumière leurs trois revendications : la fin de la criminalisation pour les personnes majeures de l’usage récréatif, la fin de la criminalisation de l’usage thérapeutique et finalement la régulation de l’accès pour des produits de qualité.

- [A lire]  : Les salles de shoot bientôt légales à Bruxelles !



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus