Emploi : quand les jeunes ne veulent plus s’occuper des vieux...

Emploi: quand les jeunes ne veulent plus s'occuper des vieux...

Ann Peuteman, journaliste flamande au Knack, a écrit un livre sur la façon dont nous traitons les personnes âgées. Pour elle, il est essentiel d’augmenter les salaires des soignants travaillant avec les seniors. Sinon, à ce rythme, personne ne sera là pour s’occuper de nous lors de nos vieux jours.


- [A lire]  : Maltraitance des seniors : ergothérapeutes, donnez votre avis !

Lors de la sortie de «  Grijgedraaid  », son livre traitant sur la réalité des personnes âgées, Ann Peuteman est allée à la rencontre de la jeunesse. Une génération qui n’a pas la moindre envie de s’occuper de ses vieux. Dans un article, publié par le Vif l’Express, elle revient sur les raisons de ce rejet.

Un rythme de travail pesant

On le sait, le métier d’infirmières et aides-soignantes ne fait plus rêver comme avant. Dans les soins aux personnes âgées, c’est encore pire. «  Si des jeunes s’y retrouvent quand-même, c’est bien trop souvent parce qu’ils n’ont pas eu le choix  », explique Ann Peuteman. La cause  ? Un rythme de travail difficile, à la fois physiquement et mentalement.

Aujourd’hui, on essaye de garder les personnes dans leur domicile le plus longtemps possible. Lorsqu’elles arrivent en maison de repos et de soins, elles sont donc bien souvent devenues très dépendantes. Une charge qui rend le travail des soignants encore plus difficile, eux qui doivent déjà jongler avec le manque de personnel. «  Le rythme de travail est si élevé qu’ils ont à peine le temps de vérifier comment vont vraiment les résidents  », s’insurge la journaliste.

- [A lire]  : Maisons de repos : "non aux subsides pour le secteur commercial"

Toujours plus de scandales

Cependant, selon Ann Peuteman, ce qui dissuade encore plus les jeunes est la mauvaise réputation du secteur : «  Il ne se passe pas un mois sans qu’un nouveau scandale n’éclate dans les médias. Au sujet de soignants qui font des selfies humiliants avec les résidents atteints de démence, de résidents qu’on couche à quatre heures de l’après-midi pour la nuit, à qui l’on sert les repas les plus infâmes et qu’on gave de tranquillisants...  ».

En effet, les cas de maltraitance sur les personnes âgées font régulièrement les gros titres. En 2017, Respect Senior recensait 3.383 appels concernant des soupçons de maltraitance envers des personnes du troisième âge.

Revitaliser la profession

Evidemment, il existe encore des personnes se tournant avec conviction vers ce métier. Mais, pour la journaliste, il en faut plus  ! Pour ça, il faut arrêter de les décourager. Premièrement, Ann Peuteman demande que le personnel du secteur soit considéré avec respect. Mais aussi une amélioration de leurs conditions de travail. «  Cela signifie avant tout qu’ils doivent être bien payés et que la charge de travail doit rester supportable  ». Mais, aussi, que le gouvernement investisse durablement dans une main-d’œuvre supplémentaire.

"Sinon, le risque est de se retrouver sans personne pour s’occuper de nous lors de nos vieux jours", conclut la journaliste.

- [A lire]  : Le Gouvernement a adopté le projet de décret "assurance autonomie"

«  Grijgedraaid  », le récit de la perte de l’autonomie

«  Un jour, ils entreront chez vous. Ils prendront votre permis de conduire et apporteront votre ancienne Volvo à un acheteur. Vous devrez signer un document qui vous donne la gestion de vos comptes bancaires et de vos investissements. Vous ne serez plus autorisé à cuisiner vous-même. Au lieu de cela, vous recevrez un repas nutritif livré à votre domicile chaque jour. […] Le crime qui justifie une telle punition ? Vous avez dépassé les 80 ans  ».

Sous ces mots glaçants, se cache une réalité  : le quotidien des personnes âgées. Ann Peuteman, au travers de témoignages, raconte à quel point c’est difficile de rester ce que l’on a été lorsqu’on a dépassé un certain âge.

Vous souhaitez nous communiquer une idée de sujet pour un futur article ? Vous désirez exprimer votre opinion sur un fait d’actualité, une réforme ou dénoncer une situation ? Lecteurs, travailleurs du secteur psycho-médico-social, contactez immédiatement le Guide Social via l’adresse redaction@guidesocial.be.



Commentaires - 1 message
  • je suis psychologue de formation j'apprécie toujours le travailler avec les personnes âgées c'est des bibliothèques.

    actuellement je suis disponible pour ce type de travail a plein temps.

    salemait jeudi 28 mars 2019 17:06

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus