Enfin une SCMR pour Charleroi ?

Enfin une SCMR pour Charleroi ?

Ce mardi 6 février, une étude de faisabilité sur les salles de consommation à moindres risques, commandée par le gouvernement fédéral, devrait être dévoilée à la Chambre des représentants. La RTBF, qui a pu se procurer une copie confidentielle, révèle la possibilité de l’implantation d’une structure de ce type à Charleroi.

Depuis déjà plusieurs années, la possibilité d’implanter des salles de consommation à moindres risques (SCMR) fait débat en Belgique. L’obstination du CPAS de Charleroi à soutenir cette initiative semble aujourd’hui payer, puisque l’étude commandée par le Fédéral dévoilerait la possibilité de la mise en place d’une SCMR sous la responsabilité du CPAS et de l’association Le Comptoir.

[DOSSIER]

- Un projet de SCMR pour Bruxelles ?
- Alda Greoli en faveur des SCMR
- Fedito Bxl lutte pour les salles de consommation à moindre risques
- Les conséquences de la 6ème réforme de l’Etat pour les drogues et assuétudes
- Quelle évolution en matière de réduction des risques liés à l’usage de drogues ?

Changement d’avis du Fédéral ?

Alors qu’il annonçait en octobre 2016 que la mise en place de salles de consommation à moindres risques ne se ferait pas sous cette législature, le gouvernement fédéral semble changer d’avis en commandant une étude de faisabilité. Si le gouvernement bruxellois soutenait déjà cette possibilité, elle entrait en contradiction avec la législation fédérale, qui interdit la mise à disposition d’un local qui facilite ou incite la consommation de drogues illégales. Aujourd’hui, le Fédéral pourrait donc envisager de changer cette loi.

Une demande du secteur associatif

Depuis plusieurs années, le secteur associatif demande la mise en place de SCMR en Belgique, notamment à travers l’association Fedito Bxl. Des associations comme Le Comptoir à Charleroi permettent déjà d’échanger les seringues usagées contre des seringues stériles, afin d’éviter la propagation de maladies comme le sida ou les hépatites B et C. La mise en place de ces salles permettrait de réduire les risques sanitaires et les troubles sur la voie publique en offrant aux toxicomanes un lieu plus sûr pour leur consommation.

La Belgique, en retard sur la question ?

En décembre dernier, la Belgique a été condamnée par la société civile européenne pour sa politique de drogues. En cause, le manque de concertation avec le terrain suite à l’arrêté royal de 2017, qui promeut une politique de criminalisation, plutôt que de prévention des risques. Dans certains pays voisins, comme la France ou l’Allemagne, des salles de consommation à moindres risques ont déjà été mises en place dans une approche de santé publique, prouvant ainsi leur efficacité.

[A Lire]

- SCMR : Liège veut déroger à l’interdiction
- Les salles de shoot efficaces, c’est prouvé
- Salles de consommation pour toxicomanes, s’ouvriront-elles un jour en Belgique ?



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus