Le CPAS de Forest en bien mauvaise posture

Le CPAS de Forest en bien mauvaise posture

Le CPAS de Forest se trouve dans la tourmente depuis quelques temps, révèle L’Echo. L’histoire remonte à septembre 2016 et concerne un employé administratif dont le contrat d’emploi n’est pas conforme. Une plainte a été déposée et le parquet de Bruxelles a confirmé avoir ouvert une instruction. A cette première plainte s’ajoutent cependant d’autres, notamment pour faux en écriture.

La vague de transparence et de bonne gouvernance déferle encore et toujours sur la Belgique, tous secteurs confondus, depuis le scandale du Samusocial. De cette nouvelle situation, il semblerait que le CPAS de Forest en fasse les frais. En effet, celui-ci se trouve actuellement dans la tourmente pour faux. A la base : le contrat d’un employé administratif, engagé sous article 60, censé être un CDI qui s’est avéré ne pas en être. Une première plainte a été déposée, à laquelle se sont ajoutées d’autres, notamment pour faux et usage de faux. Le parquet de Bruxelles a confirmé avoir ouvert une instruction. En mauvaise posture, la secrétaire a jeté l’éponge.

Un commissaire

Le président du CPAS, Stéphane Roberti, a demandé à ses ministres de tutelle, Céline Frémault et Pascal Smet, d’envoyer un commissaire au sein de la structure afin de démêler plusieurs affaires jugées suspectes. Ainsi, 4 plaintes ont été déposées à la structure indique Michael Van Vlasselaer, conseiller de la majorité au CPAS, à l’Echo. Le CPAS est accusé de faux et usages de faux en écriture publique, faux et usage de faux, violation sur la loi des CPAS, falsification de décision, fausse déclaration, dissimulation de documents officiels…

- [A lire] : Le politique en CPAS, une opportunité

Des tensions politiques

Également dans la tourmente, le président du CPAS Stéphane Roberti, dont les décisions sont de plus en plus critiquées par le Conseil de l’Action sociale et qui ont fait l’objet d’autres plaintes. Belgique oblige, plusieurs tensions politiques se sont créées entre les différentes intervenants. Ainsi, un groupe, issu de la majorité (DéFI, PS/SP.A) et de l’opposition MR s’est formé au sein du Conseil. En face : Stéphane Roberti. Le combat commence. Plusieurs dossiers jugés douteux sont au centre de l’attention et demandent des éclaircissements : un marché public relatif au voyage annuel des résidents de la Maison de Repos locale, entre autres. Le Conseil accuse également la structure de servir les intérêts de la direction. La secrétaire du CPAS, incriminée, a démissionné de son poste lundi soir lors d’un conseil d’urgence.

- [A lire] : Le secteur social, corrompu jusqu’à la moelle ?

Une instruction ouverte

En parallèle, le parquet de Bruxelles a confirmé avoir ouvert une instruction, « suite à une plainte introduite par le CPAS de Forest au sujet d’un contrat accordé dans le cadre de l’article 6O. Il n’y a pas d’inculpation à ce stade », détaille L’Echo. En effet, en septembre 2016, le secrétaire de la structure découvre un contrat de travail pour le moins atypique, après qu’un employé eut fait une demande de regroupement familial. Demande qui a été refusée, avec l’argument que le contrat de l’employé n’était pas conforme. L’auxiliaire administratif a ainsi été engagé un peu moins d’un an auparavant sous un supposé CDI. Or, le contrat de travail, intitulé « contrat de remplacement à durée indéterminée », n’en est en réalité pas un du tout, confirme l’Office des étrangers.

Interpellé, le conseil du CPAS dépose une première plainte à l’encontre du faux contrat, fin octobre 2016. Qui ne sera déposée que début janvier 2017 et qui ne sera transmises au conseiller, Michael Van Vlasselaer fin septembre 2017. Dans la plainte, surprise ! Le conseiller apprend que le 20 septembre, la situation de l’auxiliaire administratif a été régularisée par la signature d’un véritable CDI, également signé par Stéphane Roberti. « Or ce nouveau contrat de travail ne faisait alors l’objet d’aucune décision du Conseil, seul habilité à procéder aux engagements, on ment dans la plainte », confie-t-il à l’Echo.

Les travailleurs sociaux payent

Suite à la démission de la secrétaire, les travailleurs sociaux du CPAS s’inquiètent de leurs rémunérations, mais également des aides qu’octroient la structure, comme l’aide médicale ou les revenus d’intégration. En effet, aucune prestation ne peut être réglée sans la présence d’un secrétaire. Comme l’explique Stéphane Roberti à La Capitale « C’est le secrétaire qui porte toute la responsabilité juridique des actes posés ». Une nouvelle candidate a été proposée, mais le Conseil l’a refusée. Insensé pour le Président, qui explique. « La décision d’autant plus incompréhensible que la personne qui a été proposée avait déjà été désignée par le conseil pour remplacer la secrétaire lorsqu’elle est malade ». Ce mercredi, un conseil d’urgence a eu lieu afin de nommer un secrétaire provisoire. Le gouvernement bruxellois, quant à lui, fera connaitre sa décision jeudi pour la nomination d’un représentant qui remplacera le secrétaire.

- [A lire] : Quelles sont les réelles conditions de travail en CPAS ?

La rédaction



Commentaires - 5 messages
  • ECOLO, eux qui se vantaient de laver plus blanc que blanc, qui prônaient la bonne gouvernance, qui voulaient supprimer tous les passe-droits, qui voulaient instaurer la transparence.... Je suis déçu, après une vingtaine d'années force m'est de constater que tout ce qu'ils reprochaient aux partis traditionnels, ils le font aussi et encore plus. Ils n'ont pas de limites. La démonstration en est faite au CPAS de Forest depuis 2 mandats, c'est scandaleux ! Comment veut-on que le personnel qui se bat chaque jour qui passe pour la défense sociale des plus faibles puisse le faire dans une telle gabegie.

    Mimart mercredi 28 mars 2018 16:26
  • Pensez aussi par vous même. À moins d'un an des communales, les autres partis cherchent aussi à fragiliser. Faites confiance à chaque individu et attendez de voir le résultat des enquêtes.

    Boutroule 61 jeudi 29 mars 2018 14:30
  • Cet article est absolument incompréhensible sur les faits ! Qui a fait quoi ? Pourquoi la secrétaire a-t-elle démissionné ? Une plainte a-t-elle été introduite par le CPAS ou contre le CPAS ? Qu'entend-on par "structure" ? Ex "Le conseil accuse également la structure de servir les intérêts de la direction". Personnellement, je n'y comprends rien du tout à ce stade.

    marianicole jeudi 29 mars 2018 21:06
  • Les manigances du PS pour allumer un contre-feu par rapport aux affaires graves qui agitent les écoles communales forestoises... Ce sont malheureusement les citoyens les plus vulnérables qui en pâtissent mais il y'a longtemps que ce n'est plus la priorité du PS. La réalité est que le CPAS de Forest est l'un des plus progressistes de la région et forcément ça dérange.

    Dav1190 lundi 2 avril 2018 19:50
  • Triste de lire qu'un CPAS est encore dans la tourmente.... Même si je me dis que ce n'est pas encore la pire fraude qui soit dans notre système...
    Au passage, on ne dit plus secrétaire mais bien Directeur (Directrice) général(e) et ce depuis 2014 ;o)

    Sylvie5190 lundi 23 avril 2018 11:59

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus