Les 5 priorités du CRéSaM pour améliorer la santé mentale en Wallonie

Les 5 priorités du CRéSaM pour améliorer la santé mentale en Wallonie

En cette période de formation des nouveaux gouvernements, le centre de référence en santé mentale a adressé une liste de revendications aux partis politiques. Le CRéSaM propose cinq priorités pour améliorer la santé mentale en Wallonie. L’une d’entre elles est le renforcement du rôle des Services de Santé Mentale pour faire face aux constantes évolutions du domaine.


- [A lire]  : Sept leviers incontournables pour améliorer la santé mentale

Dans son mémorandum, le CReSaM souhaite mettre en lumière plusieurs axes ou une action politique qui doivent être entrepris en Wallonie afin de répondre convenablement aux enjeux de demain. Pour nourrir sa réflexion, l’asbl a fait appel aux acteurs de terrain et à différentes études et recherches. De ce travail, elle a ciblé cinq thématiques qui doivent être érigées en tant que priorités cohérentes entre les différents gouvernements (régional, communautaire, fédéral et européen) et les différents acteurs de terrain et institutions. Il faut que les réponses soient transversales tant le sujet est éparpillé comme une toile infime et invisible, mais aussi solide que la soie de l’araignée.

- [A lire]  : Elections : les Services de Santé Mentale ont besoin de plus de moyens

Découvrez les recommandations du CRéSaM :

- La première priorité listée dans ce mémorandum est le renforcement du rôle des Services de Santé Mentale pour faire face aux constantes évolutions du domaine. Le centre de référence demande aux leaders politiques de demain de donner les moyens nécessaires au SSM pour qu’elles puissent assurer leurs responsabilités dans l’offre de soins en santé mentale en Wallonie.

- Le deuxième point est la capacité à répondre aux problèmes de santé mentale dès le plus jeune âge. Pour cela plusieurs préconisations sont évoquées comme la formation de l’ensemble de la communauté éducative aux compétences socio-affectives. Cela aura pour but la sensibilisation et la prévention des plus jeunes.

- Un autre point vise à améliorer la continuité des soins prescrit notamment pour les personnes fragilisées par plusieurs coups de la vie en plus de la santé mentale comme la pauvreté, le handicap, la vieillesse, la solitude. Pour cela, le CRéSaM recommande de renforcer les liens entre le secteur de la santé mentale et les autres secteurs pour lutter de manière transversale sur les différents soucis rencontrés par la personne.

- [A lire]  : Une pétition contre la réforme des services de santé mentale

- Le quatrième point vise à poursuivre le soutien de l’implication des usagers et des proches à tous les niveaux pour qu’ils soient pleinement acteurs du parcours de soins et de de réflexions.

- Le dernier point essentiel mis en exergue par l’asbl est le soutien à la création d’un Centre de Référence de Santé Mentale qui s’appuiera tant sur des approches basées sur l’expérience que sur des approches scientifiques. Cette double approche permet de comprendre les différentes évolutions et de donner des réponses efficaces et cohérentes.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus