Crise des Blouses Blanches : Maggie De Block défend son bilan

Crise des Blouses Blanches: Maggie De Block défend son bilan

En séance à la Chambre, Hervé Rigot, député PS, a interpellé Maggie De Block au sujet de la situation alarmante des infirmières en hôpital, à domicile ou bien en maison de repos. La ministre fédérale de la Santé a estimé avoir fait du bon boulot dans ce dossier. Elle s’est targuée d’avoir tout fait pour améliorer le sort des professionnels. « Pendant cinq ans, nous avons beaucoup investi dans les soins infirmiers dans le cadre de l’accord social », s’est-elle défendue.


- [A lire] : Les travailleurs de l’hôpital Erasme ne sont pas des moutons !

« Madame la ministre, les infirmières et les infirmiers en ont ras-le-bol », a lancé Hervé Rigot (PS) à Maggie De Block, en séance à la Chambre. « Qu’ils travaillent en hôpital ou en maison de repos - ou encore au domicile des patients -, ils le font dans des conditions insupportables. Les patients sont de plus en plus nombreux, les soins à prodiguer sont de plus en plus complexes, tandis que les responsabilités ne cessent de s’accroître, tout comme la flexibilité qui leur est demandée. Le personnel souffre d’un manque d’effectifs chronique et d’un sous-financement permanent. »

Et de questionner la ministre fédérale de la santé : « Entendez-vous ce cri d’alarme qui est poussé chaque mardi par les blouses blanches ? Pensez-vous qu’il faille prendre de nouvelles mesures pour renforcer l’attractivité et pour rendre davantage de moyens à ceux qui exercent leur art avec humanité ? »

- [A lire] : La colère gronde au sein des hôpitaux publics du réseau Iris

Elle préconise de réformer le travail à domicile

Suite à cette interpellation, Maggie De Block a tout d’abord pointé qu’elle appréciait beaucoup le travail effectué par les infirmiers dans les hôpitaux, à domicile ou dans les maisons de repos. « Il est certain qu’ils doivent recevoir la reconnaissance qu’ils méritent », a-t-elle précisé.

La mandataire politique s’est ensuite penchée sur le cas des infirmiers à domicile, une profession qui se développe de plus en plus en raison du vieillissement, de l’augmentation de soins chroniques et du raccourcissement des séjours à l’hôpital. Face à cette situation, elle préconise de « remettre en question les tâches principales du praticien de l’art infirmier. La question est de savoir s’il leur incombe bien d’administrer des soins d’hygiène de routine. » Et de proposer : « Ne faudrait-il pas plutôt collaborer avec d’autres prestataires comme les aides-soignants et les services d’aide familiale ? Cela permettrait d’adapter la rémunération des infirmiers en tenant compte de leur niveau important de compétence. »

- [A lire] : Burn-out, la maladie du siècle qui ravage le milieu hospitalier

Une ligne de défense peu convaincante

De manière globale, la ministre a balayé d’un revers de la main une quelconque implication dans la crise qui secoue actuellement la profession. Pour elle, pendant ces cinq dernières années, elle a œuvré à soutenir le secteur. « Nous avons beaucoup investi dans les soins infirmiers dans le cadre de l’accord social. Un budget de plus de 400 millions a été dégagé pour augmenter les rémunérations et pour renforcer le second pilier de pension », s’est-elle défendue. « Nous avons également adopté des mesures qualitatives en matière d’organisation et renforcé les équipes mobiles en leur attribuant en priorité des moyens supplémentaires issus du tax shift. »

Des arguments qui n’ont visiblement pas entièrement convaincu le député Hervé Rigot. « Vous dites avoir déjà débloqué certains fonds. Manifestement, ils demeurent encore insuffisants, puisque la surcharge de travail est là, le manque d’effectifs est flagrant, les cris dans la rue retentissent aujourd’hui », a-t-il rétorqué à la ministre. « Je vous en prie, ne faites pas la sourde oreille sur la question, parce que sinon, madame la ministre, vous resterez la ministre de la Santé qui aura juste coupé deux milliards dans le budget des soins de santé. »

- [A lire] : Lettre aux élus : venez à nos places tenter de réparer les vivants



Commentaires - 1 message
  • Bien sûr, elle n'est jamais responsable de rien ! Comme Attila, elle saccage tout partout où elle passe, mais c'est une "bonne" ministre parce qu'elle fait des économie sur le dos tant des patients que des professionnels... Vivement un autre gouvernement !!!

    le dinerdecon vendredi 11 octobre 2019 22:03

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus